Partager Partager Imprimer la page.  
Ministère

Accueil > Ministère > Grands dossiers > Rempart palissadé de Beaucours

 

Le 6 novembre 2018, le premier ministre François Legault a annoncé la découverte du rempart palissadé de Beaucours réalisée lors de travaux d’excavation sur la rue Sainte-Ursule, dans le Vieux-Québec. L'intervention archéologique révèle que l'enceinte est érigée selon les plans de l'ingénieur militaire français Josué Dubois Berthelot de Beaucours en 1693-1694. Le vestige mis au jour correspond à une plateforme qui accueillait les pieux, ainsi qu'une portion de la banquette. Il s'agirait d'une portion de l'ancien Bastion Saint-Louis.

Cette découverte est majeure. L'apport de nouvelles connaissances liées à cette fortification sera considérable. La Direction de l’archéologie et le Centre de conservation du Québec (CCQ) travaillent de concert avec la firme d'archéologie Ruralys afin de procéder à l'extraction de la structure dans le but d'assurer sa préservation.

Après la découverte : étapes

Le Ministère détient une expertise unique au Québec par l'intermédiaire du Centre de conservation du Québec (CCQ), qui regroupe la plus importante équipe de spécialistes de la conservation et de la restauration du patrimoine au Québec. Celle-ci s'est rapidement rendue sur place afin d'évaluer la meilleure façon de conserver le vestige à long terme.

Le vestige est présentement exposé à un environnement différent de celui dans lequel il se trouvait depuis 325 ans. Déjà, il a subi des perturbations importantes dû à son exposition à l’oxygène qui favorise sa dégradation. Agir avant le gel est donc impératif.

Prélèvement

L'option privilégiée est le démontage pièce par pièce des fascines, c’est-à-dire la partie centrale. Les grandes pièces de bois, nommées les soles, seront retirées à l'aide d'une grue après l’installation d'une structure de métal pouvant les supporter. Le prélèvement sera réalisé par des restaurateurs du CCQ et les archéologues de Ruralys.

Traitement

Le vestige sera par la suite transporté dans un local sécurisé dans le but d'y subir un traitement. Le traitement vise à procéder au séchage contrôlé du bois ce qui, ultimement, permettrait une conservation à long terme de cette portion du vestige en vue d'une mise en valeur. Le traitement peut s’échelonner sur une période estimée à un minimum de 2 ans.

Il est essentiel d'intervenir dès la mise au jour des vestiges parce que les artéfacts se détérioreraient très rapidement en l’absence de ces précautions.

Divers scénarios seront ensuite étudiés quant à l'éventuelle mise en valeur du vestige.

Haut de page

Photos prises lors de la découverte et de l'extraction

Haut de page

 

 

Conférence de presse

Haut de page

Haut de page

Haut de page