Partager Partager Imprimer la page.  
Langue française

Accueil > Secteurs d'intervention > Langue française > Vue d'ensemble > Situation de la langue française

Situation de la langue française

La situation du français au Québec a évolué de manière significative depuis 40 ans, tout particulièrement depuis l'adoption de la Charte de la langue française, l'élément central de la politique linguistique québécoise.

Notons les avancées du français en matière d'affichage public et commercial, et sa prédominance comme langue de travail et de service dans les commerces et les entreprises, et ce, tant dans la région de Montréal que dans l’ensemble du Québec. À titre illustratif, on peut ici souligner que sur l'île de Montréal, pour l'ensemble des entreprises, le taux de conformité de l'affichage public général se situait à près de 78 % en 2017, une augmentation notable par rapport à 2010, où il se trouvait à 72 %.

En ce qui concerne l'éducation préscolaire et l’enseignement primaire et secondaire, les constats sont tout aussi positifs et témoignent de l'efficacité de la politique linguistique. En 2015, 90,4 % des élèves fréquentaient une école de langue française, contre 84,3 % 1971.

Le français s'est également répandu au sein des différentes communautés établies au Québec, quelle que soit la langue maternelle. En effet, l'usage du français au travail par les allophones du Québec a beaucoup augmenté au cours des 20 dernières années, passant de 57,7 % à 72 % entre 1997 et 2016. Qui plus est, la proportion des élèves de langue maternelle tierce fréquentant une école francophone (primaire ou secondaire) est passée de 14,6 % en 1971 à 89,4 % en 2015. Elle est donc 6 fois plus grande aujourd’hui.

L'univers du travail s'est aussi considérablement modifié au cours des dernières décennies. La part du commerce international dans l'économie québécoise s’est accrue et les accords commerciaux internationaux se sont multipliés. La mondialisation des communications et la diffusion massive des nouvelles technologies de l’information, l'augmentation de l’immigration et la proportion croissante des allophones sont aussi des facteurs susceptibles d'influencer le portrait linguistique d'une société qui est, plus que jamais, ouverte sur le monde.

En effet, le Québec est depuis toujours une terre d'accueil pour les nouveaux arrivants. Ce faisant, la proportion de Québécois d'une autre langue maternelle que le français ou l'anglais ne cesse de croître. De 9,7 % en 1996, elle est passée à 13,7 % en 2016. L'apprentissage de la langue française joue un rôle important dans l'inclusion des nouveaux arrivants. Son apprentissage constitue un outil qui leur permet de contribuer à l'enrichissement et à la vitalité culturels du Québec, et réciproquement.

En savoir plus

Haut de page