Partager Partager Imprimer la page.  

Concours national d'intégration des arts à l'architecture et à l'environnement pour la nouvelle bibliothèque Gabrielle-Roy

Appel de candidatures

Date de dépôt des candidatures : du 28 juin au 8 septembre 2019. Consultez les modalités générales d'inscription.


Le ministère de la Culture et des Communications (MCC), en collaboration avec la Ville de Québec, annonce la tenue d’un concours en vue de la création d’une œuvre d’art public qui sera intégrée à la nouvelle bibliothèque Gabrielle-Roy (BGR).

Ce concours est destiné aux artistes professionnels et professionnelles en arts visuels et en métiers d’art du Québec.

Il vise la réalisation d’une œuvre sculpturale monumentale intégrée à l’intérieur de la nouvelle BGR.

Ce concours national est lancé en vertu de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics du gouvernement du Québec.

Haut de page

Déroulement du concours

À la première étape, le comité sélectionnera jusqu’à concurrence de 4 artistes professionnels et professionnelles sur la base des dossiers de candidatures admissibles reçus. Les 6 membres votants et votantes au sein du comité sont :

  • une représentante du propriétaire;

  • un représentant des usagers et usagères;

  • un architecte concepteur membre du consortium;

  • une spécialiste des arts visuels et des métiers d’art, présidente;

  • un spécialiste des arts visuels et des métiers d’art;

  • une représentante du MCC.

Les candidates et candidats retenus à titre de finalistes seront invités, dans une deuxième étape, à élaborer une proposition, sous forme de maquette, en vue de la réalisation d’une œuvre sculpturale monumentale. Tous les artistes finalistes devront participer à une rencontre d’information technique à Québec. Lors de cette rencontre, l’architecte leur remettra une copie des plans architecturaux pertinents.

Les artistes finalistes devront ensuite présenter leur proposition devant le jury à Québec. Les propositions seront évaluées selon les critères suivants :

  • la qualité artistique de l’œuvre;
  • la conformité de l’œuvre au programme d’intégration des arts;
  • l’originalité de l’œuvre en lien avec la pratique personnelle de l’artiste et avec l’art dans les lieux publics;
  • le réalisme du devis technique et des prévisions budgétaires;
  • l’échéancier et la concordance de celui-ci avec le calendrier des travaux de construction;
  • le devis d’entretien de l’œuvre.

Après délibération, les membres de ce jury choisiront une seule proposition, mais ils pourraient aussi n’en retenir aucune. Le cas échéant, le MCC procédera à un nouvel appel de candidatures.

Haut de page

Projet de construction à la bibliothèque Gabrielle-Roy

Contexte

Ce concours d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement s’inscrit dans le cadre d’une réfection majeure et d’un agrandissement de la BGR. Située au 350, rue Saint-Joseph Est, elle est implantée au cœur du dynamique quartier Saint-Roch, pôle technoculturel au centre-ville de Québec dans l’arrondissement de La Cité-Limoilou. La BGR est l’une des 26 bibliothèques publiques, incluant la Maison de la littérature, qui forment le réseau de la Bibliothèque de Québec.

La construction de cet équipement culturel novateur en 1983 a contribué de façon très significative à revitaliser ce quartier de la basse-ville; elle a accueilli depuis plus de 25 millions de visiteurs et visiteuses. Elle a été la première au Québec à se doter d’un complexe culturel pour la diffusion professionnelle des arts de la scène et des arts visuels, inspirant plusieurs autres bibliothèques. La bibliothèque centrale de Québec fut rebaptisée la bibliothèque Gabrielle-Roy en 1985 afin d’honorer l’écrivaine manitobaine Gabrielle Roy.

Elle est encore aujourd’hui la plus grande bibliothèque municipale de la Ville de Québec et le siège social de l’Institut Canadien de Québec, organisme sans but lucratif ayant pour mandat l’administration du réseau depuis 1897. Véritable carrefour culturel, la BGR offre une foule d’activités pour tous les publics et de multiples services particuliers (clubs de lecture, bibliomobile, éveil à la lecture, etc.). En matière de services spécialisés s’y trouvent notamment :

  • un service de référence complet;
  • l’artothèque (location d’œuvres originales sur papier);
  • une collection spécialisée en bandes dessinées francophones;
  • des services technologiques avec de l’assistance personnalisée, des espaces d’autoformation et un vaste parc informatique.

Avec plus de 500 000 entrées par an et un accès gratuit, la BGR est parmi les institutions culturelles les plus fréquentées à Québec. Elle est un lieu d’ouverture, accessible à tous les usagers et usagères, et même un refuge offrant repos, tranquillité et sécurité au cœur du tissu urbain de Saint-Roch.

Nouvelle bibliothèque Gabrielle-Roy : expérimenter, créer, échanger

Le bâtiment actuel de la BGR, d’une superficie de 8 370 m2, nécessite d’importantes rénovations. Initialement conçue pour desservir une population de 165 000 personnes, l’offre de services vise désormais à joindre plus de 500 000 citoyens et citoyennes.

La BGR réinventée sera le point culminant de la Vision du développement de la Bibliothèque de Québec 2013-2020. Elle contribuera au positionnement de Québec comme chef de file dans son domaine et accentuera son statut de capitale littéraire. En 2017, Québec intégrait le réseau mondial des villes créatives de l’UNESCO à titre de « Ville de littérature » et devenait ainsi la première ville francophone à obtenir ce titre.

Résolument moderne, ouverte et lumineuse, la nouvelle BGR sera animée par et pour les citoyens et citoyennes. En ce sens, la visée de ce projet consiste à : « Créer un lieu, qui par sa forme, favorise la rencontre citoyenne. » Il s’agira d’un milieu de vie, après la demeure et le lieu de travail, où les citoyens et citoyennes pourront vivre une variété d’expériences et échanger autour d’intérêts communs par zones thématiques. Ils et elles seront à la fois visiteurs et acteurs de leur bibliothèque. Innovants et attrayants, les espaces favoriseront cette participation. Les aires de circulation offriront une expérience spatiale positive, ludique et récréative.

Le projet de modernisation de la BGR vise la réfection et l’agrandissement des 4 étages existants, en sus du sous-sol, de même que l’enveloppe de l’édifice, incluant l’aménagement de la toiture. De plus, avec la construction de l’agrandissement du côté de la rue Saint-Joseph Est, la nouvelle bibliothèque sera dotée d’une superficie brute de près de 10 500 m2. Les travaux comprennent une démolition et une construction entre l’automne 2019 et l’automne 2021. Au cours de cette période, les activités et les services de la BGR seront relocalisés dans un nouveau point de services à proximité.

Le présent projet constituera une deuxième intégration à la BGR dans le cadre de la politique gouvernementale, après l’intégration en 1983 d’une sculpture spatiale de l’artiste Micheline Beauchemin. Intitulée Il semble y avoir comme une pluie d’or, elle est constituée d’une profusion d’éléments métalliques d’aspect doré et suspendus. Il est prévu que l’œuvre en bon état de conservation soit démontée, nettoyée et réinstallée sensiblement au même emplacement. Elle continuera d’animer artistiquement l’espace aérien en conservant la même amplitude au sein d’un atrium central autour duquel un nouvel escalier se déploiera.

Il est à noter la présence d’une autre œuvre d’art suspendue à la BGR, laquelle a été réalisée en 1983 par l’artiste Marcel Jean. Il s’agit de centaines d’oiseaux tous uniques et modelés en argile, peinte et laquée. Parmi les oiseaux accrochés à divers niveaux sont cachés, dans un esprit ludique, un chat, un griffon, un œuf et une chauve-souris. Elle sera installée du côté du foyer Jeunesse, au rez-de-chaussée, lieu correspondant à son dernier emplacement.

Au terme de la sélection, des photographies des œuvres mentionnées seront transmises aux artistes finalistes devant présenter une proposition artistique.

Parti architectural

Le design architectural contemporain de la future BGR a été réalisé par le consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, lauréat du concours d’architecture.

Implantée au cœur d’un quartier en pleine effervescence culturelle et économique, la BGR est soumise à une multitude d’influences qui l’alimentent et la stimulent. Parmi les caractéristiques distinctives de ce milieu, la diversité et la mixité sociales jouent un rôle important et façonnent plusieurs aspects de l’identité de Saint-Roch. C’est donc au sein de cette mouvance que la BGR prend ses racines et puise l’énergie nécessaire à sa croissance.

Le rapport à la ville constitue donc une des principales pierres d’assise du projet. Cette approche publique à l’institution fait de Saint-Roch le premier berceau de la BGR. Cette connexion primaire est renforcée par d’importants gestes urbains et architecturaux qui profiteront aussi bien à l’institution qu’à la communauté avoisinante. Au rez-de-chaussée, un généreux parvis confère à la bibliothèque un caractère indéniablement urbain et décuple les occasions d’échange et d’interaction entre la bibliothèque et son quartier. Réunis, le parvis de la BGR et la place publique constituent une plaque urbaine vibrante, ponctuée d’éléments et d’évènements variés (mobilier, jardins, collections, ateliers, etc.). Cette plaque habitée et animée assure donc l’union entre la bibliothèque et le domaine public.

Le parti architectural proposé pour la nouvelle BGR vise à répartir les espaces de rencontre et de socialisation sur tous les étages de manière à habiter et à animer toutes les strates du bâtiment. Pour chaque étage, aussi bien dans le bâtiment existant que dans son agrandissement, une nouvelle interface avec les collections et la ville est proposée. L’expérience de la bibliothèque devient donc un parcours riche alternant entre projection et introversion.


À titre indicatif : Modélisation de la nouvelle BGR, vue depuis le parvis vers l’ouest –
©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019

Édifice distinctif

Le volume rectiligne, habillé de murs rideaux lui conférant une opalescence, se construit au moyen de porte à faux et de retraits savamment imbriqués. Les nombreuses percées visuelles vers la ville et entre les espaces faciliteront l’orientation des usagers et usagères et permettront à un maximum de lumière, qu’elle soit naturelle ou artificielle, de voyager à travers la bibliothèque et au-delà.

Au rez-de-chaussée, les foyers Jeunesse, Vie citoyenne et Cuisine activent une véritable place publique intérieure. Un espace d’expositions sera également aménagé près de l’entrée principale à cet étage. Aux étages 1 et 3, se trouvent des espaces de collections et d’animation aux thématiques variées, et une enveloppe de verre sérigraphiée d’apparence diaphane assure un environnement propice à l’apprentissage et à la concentration. À l’étage 2, des espaces de création et de diffusion créent une seconde strate publique ouverte sur la ville. Finalement, une série de terrasses se déployant en gradins entre l’étage 3 et le toit poursuivent et enrichissent cette dynamique urbaine jusqu’à la toiture.


À titre indicatif : Modélisation de la nouvelle BGR, vue depuis le parvis vers l’ouest –
©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019

Pour soutenir cette vision d’une infrastructure communautaire et citoyenne, un réseau de circulation distinct et visible depuis la rue Saint-Joseph permet l’accès à la salle de diffusion, située aux étages 1 et 2, en lien avec une galerie extérieure. Cette ouverture sur la rue Saint-Joseph assure un dialogue étroit avec cette artère animée. La salle de diffusion peut donc participer à l’animation urbaine du quartier Saint-Roch et ses usagers et usagères pourront profiter de celle-ci durant leur visite à la bibliothèque.

La stratification des fonctions dans le projet permet la mise en place de connexions verticales. Celles-ci sont réalisées au moyen de perforations dans les dalles munies de circulations invitantes.

Depuis la rue Saint-Joseph, l’accès à la bibliothèque se fait de façon directe et intuitive grâce à l’ouverture et à la transparence de l’enveloppe. Au sous-sol, où un tunnel public donne accès à la nouvelle BGR depuis l’espace de stationnement, l’usager et l’usagère pénétreront dans la bibliothèque en passant par un espace dégagé qui offre une percée verticale. Ce lieu de passages et de rencontres marque également l’entrée du secteur de l’administration où il apporte une lumière naturelle et rehausse l’expérience du personnel de la BGR. De cet espace, l’usager et l’usagère transiteront ensuite vers la zone d’accueil de la bibliothèque située au rez-de-chaussée.

Une fois le poste de contrôle et l’accueil passés, le visiteur et la visiteuse se dirigeront naturellement vers le cœur de la bibliothèque. C’est dans cet espace circulaire et lumineux que se déploie le réseau de circulation principal de la nouvelle BGR. D’étage en étage, des escaliers à angles, aux orientations variées, se projettent dans l’espace. Leurs paliers deviennent ainsi des balcons où l’usager et l’usagère pourront découvrir de nouveaux points de vue sur la bibliothèque et ses foyers.


À titre indicatif : Modélisation de la nouvelle BGR, vue intérieure de l’atrium avec l‘œuvre de Micheline Beauchemin – ©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019.
Note : Le garde-corps sera en acier plutôt qu’en verre, comme sur l’image.

Concept d'aménagement intérieur

Les citoyens et citoyennes découvriront une vision ouverte et accessible de la bibliothèque renforcée par des aménagements décloisonnés qui favorisent les échanges et le partage. Les espaces de la nouvelle BGR seront aménagés pour former 10 foyers thématiques. Cette idée s’appuie sur la notion de communauté d’intérêts et de savoir incarnée par des foyers aux identités bien distinctes :

  • Bande dessinée;
  • Création;
  • Cuisine (avec un prolongement sur la rue Saint-Joseph Est);
  • Culture et société;
  • Jeunesse (distinguant petite enfance et milieu scolaire);
  • Langue et littérature;
  • Musique et cinéma;
  • Nature, science et technologie;
  • Vie citoyenne;
  • Voyage.

Chaque foyer sera constitué d’éléments permettant :

  • la détente, la contemplation ou les échanges informels;
  • l’apprentissage, la réflexion ou l’enseignement;
  • l’expérimentation, la création ou l’initiative citoyenne.

Les liens et les aires de circulation entre ces foyers offriront également aux visiteurs et visiteuses une expérience spatiale positive, ludique et récréative.

La collection sera constituée de plus de 200 000 documents, regroupés par thématique, sur les 4 étages, selon un mode d’organisation innovant permettant d’attirer la clientèle par groupe d’intérêts.

Outre les collections documentaires, des collections d’objets, tels que des œuvres et des outils, seront mises à la disposition des usagers et usagères pour être empruntées.

Haut de page

Programme d'intégration des arts

Nature de l'intervention

Ce concours d’art public par appel de candidatures vise la réalisation d’une œuvre sculpturale au sein de la nouvelle BGR. L’intervention tridimensionnelle à portée immersive sera intégrée au secteur de la cour intérieure. Autoportante, l’œuvre monumentale prendra assise sur le plancher du sous-sol 1 pour se déployer en hauteur dans un espace circulaire jusqu’au rez-de-chaussée, à côté de l’entrée principale de la BGR.

Lieu d'intervention

Le lieu d’intervention se décrit comme un espace double hauteur situé à l’avant du bâtiment, au sud-est. Éclairée naturellement, cette cour intérieure côtoie la façade. Cet espace cintré débute au plancher du sous-sol 1 et se prolonge jusqu’au plafond du rez-de-chaussée. En écho à l’atrium central, sa forme circulaire délimite une superficie d’environ 85 m2 avec un diamètre de plus de 10 m. Un escalier désaxé par rapport au centre y sera aménagé, offrant, à partir du sous-sol, un accès pour les usagers et usagères du stationnement intérieur et menant, à partir du rez-de-chaussée, aux foyers de la salle de diffusion des étages 1 et 2.

Ce lieu d’intervention sera visible de plusieurs endroits : de l’extérieur, de l’entrée principale, des foyers Cuisine et Vie citoyenne, de l’accès au sous-sol et des bureaux de l’Institut Canadien de Québec (environ 70 membres du personnel). Ce lieu en sera un de passage très fréquenté de sorte que les gens pourront côtoyer et admirer toutes les faces de l’œuvre à la circularité active, et ce, depuis plusieurs points de vue : en plongée, en contreplongée et de face. Elle sera appréciée tant dans un rapport d’éloignement – lors de la déambulation extérieure –, que de proximité – lors de la circulation intérieure –, invitant les personnes à s’en approcher pour la découvrir.


À titre indicatif : Modélisation du secteur de la cour intérieure de la nouvelle BGR, vue depuis le rez-de-chaussée – ©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019.


À titre indicatif: Modélisation du secteur de la cour intérieure de la nouvelle BGR, vue depuis le parvis – ©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019.


À titre indicatif : Modélisation du secteur de la cour intérieure de la nouvelle BGR, vue depuis le sous-sol – ©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019.

Au niveau du sous-sol, les parois murales seront en verre. Au rez-de-chaussée, les garde-corps de l’ouverture circulaire seront opaques en acier blanc et vitré clair du côté est. La couleur dorée, en clin d’œil à l’œuvre de Micheline Beauchemin, sera appliquée sur le plafond du rez-de-chaussée composé de tôles peintes. Des luminaires et gicleurs seront encastrés à ce plafond suspendu.


Extrait de plan, coupe agrandie du secteur de la cour intérieure de la nouvelle BGR, vue depuis la rue Saint-Joseph Est, ©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019.


Extrait de plan, coupe agrandie du secteur de la cour intérieure de la nouvelle BGR, vue vers l’est, ©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019.

La zone consacrée à l’intégration de l’œuvre dans la cour intérieure comprend 2 espaces de déploiement physique répartis de part et d’autre de l’escalier, offrant une hauteur disponible de 7,6 m. Le plus grand espace se situe vers le centre du bâtiment, alors que le second se trouve du côté de la façade sur la rue Sant-Joseph Est.


Extrait de plan, vue du secteur de la cour intérieure de la nouvelle BGR, vue du niveau sous-sol 1, ©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019.


Extrait de plan, vue du secteur de la cour intérieure de la nouvelle BGR, vue du niveau rez-de-chaussée avec le mobilier du foyer Cuisine à proximité,
©consortium Saucier + Perrotte | GLCRM, architectes, 2019.

Spécifications

  • Dans la conceptualisation de son œuvre, l’artiste devra prendre en compte le concept architectural et d’aménagement de la nouvelle BGR, de même que la vocation de cette bibliothèque remarquablement innovante.
  • L’œuvre de facture contemporaine s’intègrera avec prestance et interagira avec les composantes architecturales de la cour intérieure.
  • L’œuvre monumentale sculpturale pourrait être morcelée en plusieurs éléments ou être non morcelée (composée d’un seul élément).
  • En concordance avec l’axe de circulation dans la cour intérieure et surtout afin d’être apprécié par le plus de gens possible tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, l’œuvre se déploiera spatialement en hauteur. Aussi, de manière à être visible au rez-de-chaussée, la partie majeure de l’œuvre devra investir la zone supérieure d’intervention, plus précisément les 3 mètres à partir du plafond, c’est-à-dire majoritairement au-dessus du garde-corps de l’ouverture du plancher.
  • Incarnant la nouvelle BGR, l’œuvre sculpturale offrira une expérience enrichissante de manière à créer une interaction avec le citoyen et la citoyenne d’une façon active ou passive.
  • Dans l’esprit d’une bibliothèque non conventionnelle, au cœur du quartier de la technoculture de Québec, les composantes technologiques simples intégrées, soit lumineuses (offrant une vie nocturne, pour être visible en dehors des heures d’ouverture), électroniques et multimédias, sont souhaitées dans la mesure où la durabilité des matériaux, la qualité d’assemblage ainsi que la facilité d’entretien et l’aspect sécuritaire de l’œuvre ne constituent pas un enjeu.
  • Afin de créer une œuvre sculpturale offrant une portée immersive aux citoyens et citoyennes, l’artiste est invité à tirer parti de l’ensemble de la cour intérieure de manière virtuelle – non matérielle (par exemple, par des projections artistiques sur les surfaces des garde-corps, non vitrées).
  • L’œuvre accessible présentera plusieurs niveaux de lecture aux usagers et usagères de la BGR, qui s’y installent souvent de longues heures.
  • La représentation formelle de l’œuvre se distinguera de toute illustration directe des stéréotypes associés à la bibliothèque.
  • L’artiste peut s’inspirer des mots clefs suivants : citoyen et citoyenne, intelligence, ludique, participative, technoculture.
  • En ce qui a trait à sa portée symbolique, l’œuvre devra présenter des propriétés à caractère universel et intemporel, facilitant son appropriation par un public varié, de diverses provenances et de tous les âges.
  • La nouvelle œuvre intégrée à la nouvelle BGR entretiendra un dialogue avec l’œuvre existante de Micheline Beauchemin, entre autres, dans un rapport spatial inversé.
  • Issue d’une démarche affirmée en art contemporain, cette œuvre d’art public fera preuve de créativité et elle interpellera par son originalité, de même que par ses qualités esthétiques, conceptuelles et formelles.

Principales informations techniques

  • L’œuvre sculpturale autoportante s’ancrera à la dalle de béton du sous-sol 1 (au-dessus d’un stationnement souterrain). Concernant le poids de l’œuvre, la charge maximale prévue au plancher est de 6 kPa. Elle ne sera pas suspendue ni accrochée aux murs, aux garde-corps ou aux escaliers.
  • Compte tenu de la vocation des lieux, les composantes sonores, cinétiques et motorisées sont à proscrire. En ce qui concerne un ou des possibles éléments mobiles, seuls les mouvements réels induits par l’air ambiant, soit non provoqués par un mécanisme, sont acceptés.
  • Afin de bénéficier d’une appréciation tant diurne que nocturne, l’œuvre pourrait intégrer une composante lumineuse. Le cas échéant, ou pour toute composante interne, les coûts relatifs à l’achat et au branchement d’un système électrique intégré à l’œuvre seront aux frais de l’artiste. La Ville de Québec, en collaboration avec le consortium d’architectes, s’engage pour sa part à installer, à proximité du lieu d’intervention, une amenée électrique raccordée à un circuit indépendant. Un système à faible consommation d’énergie de type DEL et facile d’entretien ainsi qu’une minuterie sont à privilégier.

Contraintes et exclusions

  • L’œuvre sculpturale habitera la cour intérieure sans entraver la circulation fluide au sous-sol ni perturber la déambulation ascendante et descendante dans les marches de l’escalier.
  • Le lieu d’intervention artistique permettra un contact physique des usagers et usagères avec l’œuvre, qui, pour des questions de sécurité et de pérennité, sera possible uniquement au niveau du plancher du sous-sol. Aussi, le déploiement spatial de l’œuvre ne pourra déborder le périmètre de l’ouverture dans le plancher.
  • La ou les parties inférieures de l’œuvre seront accessibles au toucher, elles devront être donc résistantes aux contacts physiques répétés et aux égratignures.
  • L’œuvre ne devra présenter aucune arête vive risquant de blesser.
  • L’œuvre devra être conçue de façon que personne ne puisse pas y grimper.
  • Tout apport de lumière ou projection émanant de l’œuvre ne devra être stroboscopique ni provoquer d’éblouissement, dans le respect du personnel ayant ses bureaux derrière la paroi vitrée du sous-sol et des nombreux usagers et usagères de la bibliothèque.
  • De plus, une œuvre de type fontaine ou intégrant de l’eau n’est pas un projet à développer.
  • Dans le cadre de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement, l’artiste doit, dans la mesure du possible, favoriser l’approvisionnement local et responsable, contribuant ainsi à l’économie du Québec et de ses régions au bénéfice de toute la collectivité.

Les matériaux utilisés pour la réalisation de l’œuvre devront être :

  • résistants à l’exposition prolongée aux rayons ultraviolets;

  • résistants aux chocs accidentels et au vandalisme;

  • d’une durée de vie équivalente à celle d’un bâtiment, dans la mesure où un entretien régulier sera effectué par le propriétaire selon un devis détaillé fourni par l’artiste à la livraison de l’œuvre;

  • d’un entretien minimal;

  • compatibles entre eux;

  • conformes aux normes de sécurité dans les lieux publics.

Haut de page

Budget

Parmi les dossiers admissibles, un comité de sélection retiendra jusqu’à 4 candidatures d’artistes professionnels et professionnelles. Ces finalistes devront signer avec le propriétaire un contrat maquette. Ils et elles recevront une somme forfaitaire de 10 000 $ (taxes incluses) pour élaborer une proposition, sous forme de maquette d’implantation architecturale en couleur à l’échelle 1:20 avec une figure témoin pour identifier l’échelle, et fournir un ou des échantillons de matériaux et de traitement proposé à l’échelle 1/1. D’un commun accord, les artistes finalistes et l’architecte pourraient convenir d’une modification quant à l’échelle des maquettes à produire lors de la rencontre d’information technique. La maquette devra être accompagnée de documents d’appui en 8 exemplaires comprenant :

  • le concept de l’œuvre;
  • le devis budgétaire;
  • le ou les devis techniques;
  • le devis d’entretien;
  • 2 à 3 modélisations en couleur;
  • l’échéancier;
  • le formulaire rempli de la plaque d’identification de l’œuvre.

Chaque finaliste recevra la somme forfaitaire mentionnée selon les modalités du contrat relatif à la conception de leur proposition et de sa présentation au comité à Québec. Au terme du processus, le jury retiendra une seule proposition.

Le budget total alloué à la conception finale, à la réalisation et à l’installation de l’œuvre choisie sera de 178 345 $ (taxes incluses). Ce montant comprendra notamment les honoraires, les droits d’auteur, les frais de sous-traitance et les services d’ingénierie. Il couvrira aussi l’achat de matériaux, la location de matériel et d’un atelier, les assurances, les déplacements et autres dépenses afférents à la réalisation ainsi qu’à la supervision de l’ensemble des travaux.

Haut de page

Échéancier

Lancement du concours par avis public diffusé sur le Web 28 Juin 2019
Date limite pour le dépôt des candidatures 8 Septembre 2019
Sélection des artistes finalistes 1er Octobre 2019
Confirmation des noms des artistes retenus et retenues à titre de finalistes 10 Octobre 2019
Rencontre d’information technique pour les artistes finalistes et signature des contrats relatifs à la réalisation des maquettes Mi-Octobre 2019
Élaboration des propositions par chaque finaliste Octobre 2019 à Mars 2020
Présentation des propositions des artistes finalistes, sous forme de maquettes, et choix de l’œuvre 30 Mars 2020
Confirmation du choix de l’artiste et signature du contrat pour la réalisation de l’œuvre retenue Avril-Mai 2020
Réalisation de l’œuvre (rapports d’étape) Mai 2020 à Septembre 2021
Installation de l’œuvre Août-Septembre 2021

Haut de page

Modalités d'inscription

Les artistes ou groupes d’artistes doivent consulter les modalités d’inscription au concours d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement avant de poser une candidature.

Date limite de dépôt de candidature : 8 septembre 2019

Haut de page

Haut de page