Partager Partager

Communiqués

 

Québec, le 18 septembre 2019. – Pamphile Le May, homme de lettres et premier bibliothécaire de l’Assemblée législative de la province de Québec, est désigné comme personnage historique et son nom est ajouté au Registre du patrimoine culturel. Ce geste posé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel permettra de rappeler le souvenir de cet important personnage et d’entretenir sa place dans la mémoire collective.

La ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, a procédé à l’annonce de cette désignation après avoir signé un avis à cette fin. La Loi sur le patrimoine culturel permet à la ministre de désigner un personnage, un événement ou un lieu historique, afin de commémorer l’histoire du Québec.

Dans les décennies de 1850 et de 1860, Pamphile Le May s’illustre en présentant ses œuvres dans les publications du mouvement littéraire de Québec, formé autour d’Octave Crémazie, de François-Xavier Garneau, de Philippe-Joseph Aubert de Gaspé et de l’abbé Henri-Raymond Casgrain. En 1867, il devient le premier bibliothécaire de l’Assemblée législative de la province de Québec, un poste qu’il occupe jusqu’en 1892. À la suite de sa nomination, Le May constitue la bibliothèque du nouveau Parlement et s’assure que cette bibliothèque, destinée aux parlementaires, soit également ouverte au public. En 1980, en guise de reconnaissance du travail qu’il a accompli, l’Assemblée nationale donne son nom à l’édifice qui abrite sa bibliothèque. Parallèlement à ses occupations professionnelles, Pamphile Le May se distingue comme homme de lettres en publiant des romans, des contes et des poèmes et en traduisant des œuvres classiques de la littérature canadienne-anglaise.

Citations :

« Pamphile Le May a voué sa carrière à la littérature et à la connaissance, laissant ainsi une empreinte profonde dans l’histoire culturelle du Québec. Plonger dans son univers littéraire permet la découverte d’une œuvre foisonnante et aboutie. Si l’édifice de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale est nommé en son honneur, il faut surtout retenir de cet homme l’empreinte qu’il y a laissée en enrichissant sans cesse la précieuse collection. Ses réalisations en font un personnage historique d’envergure, et il mérite une place dans notre mémoire collective. »

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications

Liens connexes :

À voir aussi...

Haut de page