Partager Partager Imprimer la page.  

Les écrivains à l'école


Montréal

Une école accueille un artiste ou un écrivain.

Sophie-Luce Morin

Conte, Essai, Littérature pour la jeunesse, Nouvelle, Poésie, Récit et roman

Présentation

Sophie-Luce Morin
Claude Beauregard

Sophie-Luce Morin est née à Hauterive le jour même de son anniversaire, sous le signe du Tigre, ascendant Sceptique. Toute son enfance s’est déroulée sans heurt, ses parents ayant agi avec elle comme si elle était normale. Depuis plusieurs années déjà, elle se consacre à l’écriture d’une succession de documents qui se déclinent en divers genres : albums, poésies, romans, scénarios, verbiage universitaire, procès-verbaux insipides, rapports annuels soporifiques et demandes de subvention.

Plus sérieusement, Sophie-Luce adore les pâtes, ses enfants (souvent), le velouté de courge musquée, les carrés aux dattes, le brie fondu aux canneberges, son héros (presque tout le temps), les carottes trempées dans le baba ganouj, ses amis (la plupart du temps), les fleurs et tout ce qui est bleu et pas nécessairement comestible, l’ordre de ses préférences étant aléatoire et soumis à quelques principes biologiques obscurs qu’elle-même parvient mal à décrypter.

Plus sérieusement encore, Sophie-Luce Morin est titulaire d’une maîtrise en études littéraires, option création. Elle poursuit en ce moment des études en psychologie à l’UQAM. Elle est également bénéficiaire d’une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec (2016) et occupe, depuis septembre 2016, le poste de présidente de l’Association des écrivains québécois pour la jeunesse (AÉQJ).

Titres suggérés*

Le voleur de cœur

Petaluda et Aponi, la fille du chaman

*Ces titres sont des suggestions de l'auteur ou de l'auteure, en fonction des activités qu'il ou elle propose aux élèves.
Toutefois, il appartient à l'enseignant ou l'enseignante de vérifier si les titres sont adéquats pour son groupe (âge et niveau scolaire, contexte particulier, etc.).
Le personnel enseignant est invité à communiquer avec l'écrivain ou l'écrivaine qui pourra l'éclairer sur cet aspect et l'aider à bien préparer le groupe à sa visite.

Approche et activités proposées

Les mots doux, les surnoms et autres mots…

Cet atelier veut faire prendre conscience aux élèves à quel point les mots qu’ils utilisent sont chargés émotivement et témoignent de leurs rapports aux autres et à leur environnement. Amour, haine, rejet et harcèlement en constituent les mots-clés. Ils s’inspirent de la lecture du roman Le voleur de cœur, qui aborde le thème de la monoparentalité, plus précisément le moment où la cellule familiale se recompose avec l’arrivée d’un nouveau conjoint. Il arrive souvent que cette situation soit mal vécue par l’enfant. C’est ce que vit Victor, le personnage principal.

Pour démontrer aux élèves ce qu’est un mot « émotivement chargé », l’auteure passe en revue les mots qu’utilise Victor ou sa maman pour démontrer leur affection l’un envers l’autre (par exemple, « mon petit Viking d’amour » et « mon Vic chéri »). Les mots qui démontrent à quel point Victor n’aime pas Arnaud sont également relevés. Une série d’activités (discussions, partages, travail individuel et en équipe, selon le niveau des élèves) est par la suite développée à partir de questions telles que : Et toi, quand tu aimes quelqu’un, comment l’appelles-tu? Comment les personnes qui t’aiment t’appellent-elles? Pour te moquer de quelqu’un, que dis-tu? As-tu déjà entendu des surnoms que tu as trouvés comiques? Y a-t-il des gens autour de toi qui te donnent des surnoms que tu n’aimes pas? Peux-tu inventer des surnoms drôles? Des surnoms méchants?

Les mots ainsi recueillis sont couchés sur papier. Ils peuvent être placés dans une boîte pour être pigés au hasard et lus devant la classe, selon le vœu des élèves. Les mots pourraient aussi être rassemblés en un recueil et alimenter les discussions pendant l’année.

Papier, crayons à mine, crayons de couleurs, une boîte dans laquelle seront incorporés les mots des élèves sont les seuls matériaux requis.

Cet atelier s’adapte aux différents niveaux proposés, puisqu’il porte sur la production, par les élèves, de mots qu’ils utilisent ou entendent pour témoigner de leur affection aux autres, de leur animosité ou de leur indifférence.

Quant au roman Le voleur de cœur, il sait plaire, par son humour et par sa manière d’aborder la problématique de la famille reconstituée, à tous ces différents groupes d’âge, tant filles que garçons.

Certains livres pour la jeunesse écrits par l’auteure se distinguent par la combinaison du pouvoir de l’imagination et de la volonté de faire de la lecture un loisir éducatif. D’autres livres abordent plutôt des problématiques difficiles (mort, maladie ou vieillesse) ou des enjeux sociaux (harcèlement ou divorce des parents). Ainsi, tant les livres que les ateliers de Sophie-Luce Morin sortent des sentiers battus, et sont reconnus pour traiter toutes ces thématiques avec justesse, finesse et humour.

Au temps d’Apopek

Cet atelier a plusieurs visées, la première étant une plus grande connaissance par les élèves de la manière dont vivaient les Autochtones du Québec au 16e siècle. Il est élaboré à partir du roman Petaluda et Aponi, la fille du chaman. Cet atelier convie également les élèves à réfléchir à leurs propres conditions de vie : comment ils se nourrissent, se vêtissent, se logent; ce à quoi ils croient ou ce qu’ils chantent et célèbrent. Une attention particulière est mise sur le chaman et sur la place qu’il occupe dans la communauté, de même que sur les pouvoirs qui sont prêtés au talisman.

L’activité comporte deux volets. Dans le premier, l’auteure fait un résumé du roman, dont des extraits sont projetés sur écran (des illustrations, surtout). Des explications sur le mode de vie de la communauté d’Apopek sont données, de même que sont livrées toutes les notions utiles pour la poursuite du second volet de l’activité, qui consiste à illustrer, en équipe, un talisman.

En plus d’illustrer le talisman qu’elle aura imaginé, chaque équipe est également appelée à décrire (par écrit et verbalement) les pouvoirs qu’elle confère à l’objet.

Si le temps le permet, la dernière partie de l’atelier est consacrée à l’offrande, entre les équipes, des talismans et des vœux de bienveillance qui les accompagnent (ainsi que le chaman le fait pour Petaluda à la fin du roman).

Cette activité s’adapte bien aux niveaux scolaires visés. Les explications sur la vie des habitants d’Apopek se font sommaires quand l’auteure s’adresse aux plus jeunes élèves et se complexifient à mesure que le public avance en âge. Du côté des élèves, les illustrations et l’expression de vœux de bienveillance s’ajustent en fonction de leur degré de maturité et de cognition. Enseignant et auteure accompagnent les élèves dans toutes les étapes de la réalisation de cette activité.

Avec cet atelier, l’auteure poursuit son travail de transmission de valeurs tels le respect envers la nature et celui envers nos ancêtres et nos pairs. La pratique de la gratitude est un autre thème cher à Sophie-Luce, également adepte de la présence attentive (mindfullness).


Conditions particulières

Écran, projecteur et amplificateur (son)

Papier, cartons de couleur, crayons de toutes sortes constituent les seuls matériaux requis. Les élèves peuvent également réaliser un collage sur papier. Dans ce cas, il faut penser à des ciseaux, à de la colle, à des bouts de laine, à des éclats de bois, à des perles, etc.


Pour information


Téléphone : 514-903-0953
Courriel : info@sophieluce.com

Personne assujettie aux taxes (TPS, TVQ)

Oui

Offert aux classes

1re primaire, 2e primaire, 3e primaire, 4e primaire, 5e primaire

Offert dans les régions

Toutes les régions

Haut de page