Partager Partager Imprimer la page.  

Les écrivains à l'école


Montréal

Une école accueille un artiste ou un écrivain.

Juliana Léveillé-Trudel

Conte, Nouvelle, Récit et roman, Théâtre

Présentation

Juliana Léveillé-Trudel
Alain Léveillé

Juliana Léveillé-Trudel a publié son premier roman, Nirliit, aux éditions La Peuplade en octobre 2015. Salué par la critique et le public, le livre est adapté au cinéma par François Delisle et traduit en anglais chez Vehicule Press. Texte largement autobiographique inspiré de l’expérience de travail de l’auteure au Nunavik, Nirliit a été finaliste au Grand Prix du livre de Montréal en 2016 et s’est hissé au troisième rang du palmarès québécois du Festival du premier roman de Chambéry en 2015. En 2017, Juliana offre une lecture d’extraits de son livre dans un spectacle littéraire présenté à la Maison de la littérature de Québec.

D’abord intéressée par la littérature orale, Juliana Léveillé-Trudel pratique l’écriture dramatique et a fondé le Théâtre de brousse en 2011. Elle y a joué et mis en scène deux de ses textes, soit Partis à l’ouest et La contestation expliquée aux enfants, finaliste pour le prix du texte francophone le plus prometteur de l’édition 2013 du Festival Fringe. Son conte urbain Le Mal des transports a été présenté à La Chapelle en février 2016 dans le cadre du spectacle des Laissés pour compte de Coïncidences Productions.

Qu’elle écrive du théâtre ou un roman, Juliana place la langue française et la parole au premier plan. Humaniste avant tout, elle présente des gens ordinaires, souvent invisibles, qui se battent pour vivre : des héros du quotidien. Elle s’intéresse particulièrement aux questions de territoire, d’identité, de métissages, des Autochtones et de l’immigration. Éternelle bourlingueuse, elle parle quatre langues, mais peut dire merci en une douzaine, a visité quatre continents et a posé son sac à dos dans une vingtaine de pays. Écrivaine en résidence à la bibliothèque Henri-Bourassa de Montréal-Nord en 2016 et 2017, Juliana Léveillé-Trudel travaille sur son deuxième roman, sa troisième pièce de théâtre et sa première pièce jeune public.

Titres suggérés*

Nirliit

*Ces titres sont des suggestions de l'auteur ou de l'auteure, en fonction des activités qu'il ou elle propose aux élèves.
Toutefois, il appartient à l'enseignant ou l'enseignante de vérifier si les titres sont adéquats pour son groupe (âge et niveau scolaire, contexte particulier, etc.).
Le personnel enseignant est invité à communiquer avec l'écrivain ou l'écrivaine qui pourra l'éclairer sur cet aspect et l'aider à bien préparer le groupe à sa visite.

Approche et activités proposées

Les lieux qui inspirent

Cet atelier vise à éveiller les élèves au potentiel littéraire et créatif de leur environnement.

À l’aide de son roman Nirliit, Juliana Léveillé-Trudel démontre comment on peut s’inspirer d’un lieu pour créer une œuvre. Ayant travaillé au Nunavik durant plusieurs années, Juliana a été profondément marquée par l’univers inuit et a eu envie d’écrire sur les mille et une histoires du Nord.

Les jeunes doivent d’abord réfléchir à un endroit qu’ils ont visité et qui leur semble particulièrement extraordinaire, puis s’en servir comme point de départ pour créer un texte. À l’inverse, ils doivent aussi choisir un lieu tout à fait banal et réussir à en tirer une histoire. Différentes formes d’écriture seront abordées dans l’exercice, notamment le récit et la nouvelle.

Les « différents »

À travers l’écriture, cet atelier souhaite faire réfléchir les élèves à la façon dont sont traitées les personnes marginalisées dans notre société. À partir de son conte urbain Le mal des transports, qui s’intéresse à un jeune homme atteint d’une déficience intellectuelle, Juliana Léveillé-Trudel propose aux jeunes de créer un texte inspiré de leurs propres préjugés ou de ceux de leur entourage. Les élèves explorent la forme du conte urbain, dont la simplicité permet un passage du texte à la scène très rapide. Selon l’intérêt de la classe, les contes urbains rédigés durant l’atelier pourraient être présentés dans le cadre de spectacles scolaires. En complément du volet écriture, Juliana peut également offrir un atelier plus spécifique de déconstruction de préjugés.

Pouet Pouet, les poètes!

Les apprentis poètes apprennent à utiliser les mots comme des pinceaux pour créer des images amusantes et intéressantes, qui font partie d’un poème collectif. Ils sont d’abord initiés à la poésie par des textes poétiques pour enfants. Puis, à l’aide d’images découpées dans de vieux magazines, calendriers et dessins, ils peuvent exprimer ce qu’ils ont en tête et le traduire en mots avec l’aide de leur formatrice.

Finalement, ces images et ces mots sont assemblés pour former un poème collectif qui est récité par le groupe. L’enseignant peut retranscrire le poème et l’afficher dans la salle de classe afin de garder une trace de l’œuvre tout au long de l’année scolaire.

Les élèves apprennent ainsi les rudiments de la création collective.


Conditions particulières

Un local de classe convient tout à fait, pourvu qu’il soit possible de déplacer les bureaux.


Pour information


Téléphone : 514-525-5834
Téléphone autre : 514-754-7630
Courriel : julianalt@sympatico.ca

Personne assujettie aux taxes (TPS, TVQ)

Non

Offert aux classes

2e secondaire, 3e secondaire, 4e secondaire, 5e secondaire

Offert dans les régions

Toutes les régions

Haut de page