Partager Partager Imprimer la page.  

Les écrivains à l'école


Chaudière-Appalaches

Une école accueille un artiste ou un écrivain.

Gisèle Desroches

Littérature pour la jeunesse

Présentation

Gisèle Desroches

L’auteure a été orthopédagogue au primaire, à la commission scolaire Deux-Montagnes, pendant treize ans. À son retour de France (échange France-Québec), elle entame des études de 2e cycle en communication qui l’amènent à collaborer, en 1986, à l’aventure Passe-Partout. À partir de là, elle offre des ateliers et des formations en littérature jeunesse, rédige pendant six ans la Recension critique annuelle des livres québécois pour la jeunesse (ministère de l’Éducation), participe à plus d’une quinzaine de jurys et collabore à maints projets. Pendant treize ans, elle signe une chronique au journal Le Devoir et assume plusieurs charges de cours en littérature jeunesse à l’UQTR et à l’UQAM. Depuis 2007, elle coordonne le Programme d’aide à l’éveil à la lecture et à l’écriture (PAÉLÉ) dans sa région. En 2009, elle publie son premier album jeunesse : Simon et la porte de fer. En 2010, son premier roman pour adolescents Une bougie à la main voit le jour et est finaliste au Prix jeunesse des libraires, volet 13-17 ans. En 2016, Le 13e dragon, un roman pour les 9-12 ans paraît chez Soulières éditeur. 

Titres suggérés*

Simon et la porte de fer (Éditions Trampoline, 2009)
Une bougie à la main (Éditions du Boréal, 2010)
Le 13e dragon (Soulières éditeur, 2016)

*Ces titres sont des suggestions de l'auteur ou de l'auteure, en fonction des activités qu'il ou elle propose aux élèves.
Toutefois, il appartient à l'enseignant ou l'enseignante de vérifier si les titres sont adéquats pour son groupe (âge et niveau scolaire, contexte particulier, etc.).
Le personnel enseignant est invité à communiquer avec l'écrivain ou l'écrivaine qui pourra l'éclairer sur cet aspect et l'aider à bien préparer le groupe à sa visite.

Approche et activités proposées

Gisèle Desroches croit aux rencontres.

Elle s’en voudrait que ce rendez-vous avec les élèves soit consacré à autre chose qu’à stimuler et encourager leur goût de lire et d’écrire ; elle souhaite leur donner l’occasion d’aller plus loin que les banalités d’usage. Si interroger un écrivain peut faire office de formidable déclencheur, il me semble nécessaire de ne pas se limiter à examiner les œuvres d’un seul écrivain, fut-il génial, vendre un ouvrage étant loin d’être l’objectif.

Elle souhaite permettre à chacun d’aller plus loin dans sa découverte de l’écriture, dans l’expression de sa joie de lire et de sa propre capacité à imaginer et à écrire.  Les élèves ont un rôle majeur à jouer dans la rencontre, celui de l’auteure étant d’éveiller leur curiosité et leur goût de mettre en branle leur créativité.

La rencontre est amorcée par un échange au sujet des livres et du travail de l’auteure. Elle répond brièvement, attentive à ce qu’elles recouvrent. Les questions peuvent donc aller dans les deux directions. Des élèves à l’auteure comme de l’auteure aux élèves.

Invariablement, la question : « Où trouvez-vous vos idées? » est posée.  Sinon, l’auteure la provoque. Après y avoir répondu brièvement, elle propose un jeu aux élèves.  Nous entrons ainsi dans la seconde partie de la rencontre.

En équipes, les élèves entament, guidés étape par étape (chaque étape étant ponctuée par une mise en commun), l’amorce d’une histoire.  On peut commencer par trouver un titre inspirant (à partir de combinaisons de mots-étiquettes), ou par la création de personnages, l’identification d’un problème ou d’une quête,  d’un obstacle et des solutions possibles.  Le gros du travail se fait à l’oral pour les élèves du primaire, un élève par équipe étant nommé scripteur-communicateur, un autre temporisateur en cas de conflit.  Nous allons aussi loin que le temps et l'intérêt des jeunes le permettent.

Si le temps le permet, nous tentons de faire le parallèle entre le récit de l’album et les étapes de création que l'on vient d'expérimenter. 

La rencontre se termine par un retour sur l’activité et sur la question qui est à l’origine du jeu de création: d’où viennent les idées?

Autres exemples d'activités

  • Une fois en classe, l'enseignant peut poursuivre le travail d'écriture, en équipe ou individuellement, en demandant à chacun de reprendre pour soi un des débuts d'histoire qui lui a plu et de la poursuivre. L'histoire pourrait également être illustrée par les élèves.
  • On peut aussi refaire le jeu de trouver un titre à partir d'étiquettes. Le jeu de titre est à l'origine de plusieurs des textes de l’auteure.
  • Pour alimenter sa banque d'idées, l’auteure utilise trois dossiers; deux contiennent des images, photos tirées de magazines, illustrations, dessins...), le 3e des textes.  Le premier contient des personnages hors du commun, le second des lieux inspirants, le troisième, des anecdotes et des faits divers trouvés sur Internet ou découpés dans les journaux. Il serait facile et amusant de constituer une banque d'idées pour la classe, sur le modèle de tels dossiers.

Conditions particulières


Pour information

Gisèle Desroches
Téléphone : 418 354-2627
Courriel : gisele.desroches@globetrotter.net

Personne assujettie aux taxes (TPS, TVQ)

Non

Offert aux classes

3e primaire, 4e primaire, 5e primaire, 6e primaire, 1er secondaire, 2e secondaire

Offert dans les régions

Toutes les régions

Haut de page