Partager Partager Imprimer la page.  

Partout, la culture – Politique québécoise de la culture

Mot du ministre

Monsieur Luc FortinD’ores et déjà, le Québec peut s’enorgueillir d’une formidable richesse culturelle. Depuis des générations, des gens de divers horizons mettent leur talent et leur créativité à l’oeuvre et se surpassent constamment pour animer et enrichir notre espace culturel. À leurs efforts s’ajoutent les éléments qui définissent notre société et qui confèrent à la culture québécoise le caractère unique et original dont nous sommes si fiers : notre langue française, notre territoire, nos origines diverses, notre patrimoine et notre histoire.

Le gouvernement du Québec reconnaît l’importance de la culture comme source d’enrichissement collectif. Les actions entreprises dans la foulée de l’adoption de la politique culturelle de 1992, Notre culture, notre avenir, ont donné de fantastiques résultats à cet égard.

Après 25 ans de progrès, le temps est venu d’actualiser cette politique et de faire en sorte qu’elle soit davantage le reflet de ce que nous sommes aujourd'hui et qu’elle nous permette de tirer pleinement parti des possibilités qui s’offrent à nous. Une telle démarche s’inscrit nécessairement dans la continuité, avec la participation des acteurs concernés par le développement culturel ainsi qu’avec celle des citoyennes et citoyens désireux de faire entendre leur point de vue. C’est pourquoi j’ai parcouru toutes les régions du Québec pour les rencontrer.

Au cours de cette consultation, j’ai acquis la ferme conviction que, peu importe où ils habitent, les Québécoises et les Québécois sont en droit de bénéficier d’une attention gouvernementale équitable sur le plan culturel. Les actions du gouvernement doivent donc mieux prendre en compte la grande diversité des contextes régionaux.

J’ai aussi pu constater à quel point la politique culturelle de 1992 a forgé les organismes, les institutions et les entreprises qui portent fièrement notre culture ici et ailleurs. J’ai bien compris que les milieux culturels sont attachés aux fondements établis à ce moment, des fondements qui conservent toute leur pertinence.

Fort des avis éclairés que j’ai reçus, je suis aujourd'hui en mesure de proposer une politique repensée selon les paradigmes de notre époque. Une politique reconnaissant la langue française comme le socle sur lequel bâtir notre destinée commune. Une politique réaffirmant l’importance de nos milieux artistiques et culturels professionnels. Une politique misant sur le rôle essentiel de la culture du point de vue de la qualité de vie de nos communautés et sur le plan économique. Une politique pensée pour l’épanouissement de tous les acteurs de la société : les jeunes, les artistes, les membres des Premières Nations et les Inuits, les anglophones, les personnes issues de l’immigration et les citoyens de toutes les régions du Québec. Bref, une politique qui reflète les aspirations et les ambitions du Québec au XXIsiècle.

Investir dans la culture est un choix de société porteur de nos valeurs, un choix qui stimule notre fierté et notre audace. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je soumets ce projet de politique québécoise de la culture à la consultation.

Luc Fortin
Ministre de la Culture et des Communications
et ministre responsable de la Protection
et de la Promotion de la langue française,
Ministre responsable de la région de l’Estrie

Haut de page