Avis d'intention de classement – Fonds d'archives, collection de livres anciens et collection d'objets des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l'Hôpital général de Québec

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC
MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS

AVIS D’INTENTION DE
CLASSEMENT DE BIENS PATRIMONIAUX

FONDS D’ARCHIVES, COLLECTION DE LIVRES ANCIENS
ET COLLECTION D’OBJETS
DES AUGUSTINES DE LA MISÉRICORDE DE JÉSUS
DU MONASTÈRE DE L’HÔPITAL GÉNÉRAL DE QUÉBEC
(NOTRE-DAME-DES-ANGES)

Le ministre dela Cultureet des Communications et ministre responsable dela Protectionet dela Promotionde la langue française, M. Luc Fortin, donne avis :

 

QU’en vertu dela Loisur le patrimoine culturel, il a l’intention de procéder au classement de ces biens comme documents et objets patrimoniaux :

  1. Le fonds d’archives des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l’Hôpital général de Québec, 1631-1999, surtout 1675-1999, composé de 43,52 m de documents textuels et de 8,25 m de documents photographiques, tel que décrit dans l’inventaire sommaire en annexe 1;
  2. La collection de livres anciens des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l’Hôpital général de Québec, telle que décrite dans l’inventaire en annexe 2;
  3. La collection d’objets des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l’Hôpital général de Québec, telle que décrite dans l’inventaire en annexe 3;

QUE ce geste repose sur les motifs suivants :

Le fonds d’archives, la collection de livres anciens et la collection d’objets des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l’Hôpital général de Québec présentent un intérêt patrimonial pour leur valeur historique. Ces biens sont associés à l’histoire de l’Hôpital général de Québec, le premier établissement de ce type fondé en Nouvelle-France en 1692 par Mgr Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier, évêque de Québec. La direction de l’institution est confiée en 1693 aux Augustines de la Miséricorde de Jésus, déjà responsables de l’Hôtel-Dieu de Québec, qui créent une communauté cloîtrée autonome pour gérer l’établissement. À l’origine, l’hôpital accueille les pauvres, les invalides et les vieillards de la région de Québec. À compter de 1717, l’hôpital reçoit aussi les personnes souffrant de troubles mentaux, et ce, jusqu’en 1845. L’hôpital soigne et loge aussi les soldats blessés ou invalides, les personnes atteintes par les épidémies et celles qui se retrouvent à la rue lors des incendies des faubourgs Saint-Roch et Saint-Sauveur. Pour financer ces soins, les religieuses exploitent diverses propriétés foncières et tiennent, de 1725 à 1868, un pensionnat pour jeunes filles. À la fin du XIXe siècle, l’hôpital entre dans une ère de modernisation : une salle pour dentistes et une salle de chirurgie sont ouvertes. Au cours du XXe siècle, des départements de physiothérapie et de radiologie sont créés. En 1975, l’administration de l’hôpital est confiée à un directeur laïc et, en 1999, l’hôpital devient un centre hospitalier de soins de longue durée;

Le fonds d’archives des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l’Hôpital général de Québec présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son importance documentaire. Ce fonds témoigne de tous les aspects de la vie de l’institution et des religieuses qui y ont œuvré comme administratrices, infirmières, « seigneuresses », fermières ou éducatrices. Il contient notamment des documents relatifs à la fondation de l’institution et du pensionnat ainsi qu’à Mgr de Saint-Vallier; les annales de la communauté; de nombreux registres de patients; des documents concernant l’administration de l’hôpital, ce qui inclut entre autres des livres de comptes, de la correspondance, de la documentation sur l’équipement médical, sur les médecins, sur la pharmacie, ainsi que sur la construction et l’entretien des immeubles. Le fonds comprend aussi les précieux registres de sépulture des soldats de la guerre de la Conquête inhumés dans le cimetière de l’hôpital et plusieurs photographies de l’établissement, de son personnel et des événements qui ont marqué son histoire. Ces nombreux documents témoignent non seulement de l’histoire de l’Hôpital général de Québec et des Augustines, mais ils servent aussi à améliorer la connaissance de l’histoire de la ville de Québec et de l’évolution de la santé et des services sociaux au Québec. Ils apportent aussi un éclairage sur des événements comme la guerre de la Conquête, l’Invasion américaine de 1775 et de 1776 ainsi que sur les conflagrations qui ont eu lieu dans la basse-ville au XIXe siècle;

 

La collection de livres anciens des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l’Hôpital général de Québec présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son importance documentaire. Ces livres ont été acquis par les religieuses au FIL des ans, essentiellement par don et par legs. La collection est surtout composée de livres religieux. Elle comprend 37 livres ayant appartenu à Mgr de Saint-Vallier, datés de 1645 à 1715, qui figurent parmi les plus précieux de la collection. Elle compte également un ensemble fort intéressant d’ouvrages de médecine et de pharmacologie, dont certains ont été donnés par les Jésuites au moment de leur départ du Canada. La collection comprend aussi quelque 350 ouvrages qui proviennent du pensionnat et qui témoignent des matières qui y étaient enseignées. Certains exemplaires des livres répertoriés dans cette collection sont uniques au Québec et au Canada;

La collection d’objets des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l’Hôpital général de Québec présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son importance documentaire. Il s’agit de l’une des plus anciennes collections de biens mobiliers au Québec et au Canada. Elle renferme des pièces rares ou uniques qui renseignent sur les débuts de la Nouvelle-France, dont des objets provenant des Récollets, des biens hérités des Jésuites et d’autres ayant appartenu à Mgr de Saint-Vallier. La collection, composée majoritairement de dons de bienfaiteurs, témoigne de l’histoire de l’institution, depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Plusieurs objets présentent un intérêt ethnologique parce qu’ils renseignent sur la vie quotidienne et les coutumes des religieuses. La collection comprend aussi des éléments qui témoignent de l’œuvre et de la mission des religieuses;

La collection d’objets des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l’Hôpital général de Québec présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique. La collection comprend des trésors de l’art ancien du Québec. Elle compte des tableaux, des gravures, des sculptures, des pièces d’orfèvrerie et des meubles réalisés entre le XVIIe et le XIXe siècle. Certaines œuvres proviennent de France et d’Angleterre et constituent des témoignages exceptionnels de leur époque. En grande majorité, les œuvres illustrent des thèmes religieux, notamment les tableaux et les sculptures, ou sont associées aux rituels et aux cérémonies, comme les pièces d’orfèvrerie religieuse.

Le ministre dela Cultureet des Communications et ministre responsable dela Protectionet dela Promotionde la langue française donne également avis :

QUE toute personne intéressée peut, dans les soixante (60) jours de la transmission du présent avis, faire des représentations auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec;

QU’il prendra l’avis du Conseil du patrimoine culturel du Québec sur l’opportunité de procéder au classement de ces biens patrimoniaux;

QUE si le classement de ces biens se réalise, celui-ci prendra effet  à compter de la transmission du présent avis conformément àla Loisur le patrimoine culturel;

QUE l'avis d'intention devient sans effet si l'avis de classement, accompagné d'une liste des éléments caractéristiques des biens patrimoniaux classés, n'est pas transmis au propriétaire des biens ou à ceux qui en ont la garde, dans un délai d'un an à compter de la date de la transmission de l'avis d'intention ou dans un délai de deux ans à compter de cette même date s'il y a eu prorogation de l'avis d'intention.

Signé à Québec, ce 16 mars 2017

Le ministre,

Luc Fortin

Haut de page