Avis d'intention de classement d'un bien patrimonial – Drapeau de Carillon

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC
MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS

AVIS D’INTENTION DE
CLASSEMENT D’UN BIEN PATRIMONIAL

DRAPEAU DE CARILLON

Le ministre dela Cultureet des Communications et ministre responsable dela Protectionet dela Promotionde la langue française, M. Luc Fortin, donne avis :

QU’en vertu dela Loisur le patrimoine culturel, il a l’intention de procéder au classement de ce bien comme objet patrimonial :

Le drapeau de Carillon, composé d’une seule pièce de coton mesurant 119,5 cm de haut sur 165 cm de large, sur la face de laquelle une croix blanche est disposée sur un champ bleu foncé orné de quatre fleurs de lys blanches pointant vers le centre. Les côtés les plus courts du drapeau sont terminés par des ourlets. Cinq bandelettes doubles de tissu sont cousues à intervalles réguliers sur un des ourlets, permettant de fixer le drapeau à un mât. Sur l’une de ces bandelettes, on trouve l’inscription « Raymond Girouard inc. », étampée à l’encre bleue.

QUE ce geste repose sur les motifs suivants :

Le drapeau de Carillon présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et emblématique.

Le drapeau de Carillon a été conçu vers 1902 par l’abbé Elphège-Prime Filiatrault, curé de la paroisse de Saint-Jude de 1900 à 1916, dans le but de doter les Canadiens français d’un drapeau national. Pour concevoir cet emblème, l’abbé Filiatrault s’inspire de la bannière de Carillon et fait fabriquer par un artisan local un ou quelques drapeaux portant une croix blanche sur fond azur orné de quatre fleurs de lys pointant vers le centre. Le 26 septembre 1902, l’abbé Filiatrault fait hisser le drapeau de Carillon sur le mât de son presbytère, à Saint-Jude. En février 1903, l’abbé publie une brochure intitulée Aux Canadiens français – Notre drapeau, pour promouvoir l’usage de ce nouvel étendard. Le 24 juin 1905, le Carillon flotte au cœur du village de Saint-Jude à l’occasion de la fête de Saint-Jean-Baptiste. Dans les années subséquentes, le Carillon est toutefois employé avec une représentation du Sacré-Cœur en son centre et nommé le Carillon-Sacré-Cœur, au déplaisir de l’abbé Filiatrault. En 1947, les parlementaires de l’Assemblée législative de la province de Québec envisagent de doter le Québec d’un drapeau national. Une campagne d'opinion est organisée dans la population en faveur du fleurdelisé, anciennement nommé le drapeau de Carillon. Le 21 janvier 1948, le gouvernement de Maurice Duplessis adopte un arrêté en conseil, déclarant que le drapeau nommé fleurdelisé est choisi comme drapeau officiel de la province de Québec et que ses quatre lys seront placés en position verticale. Le drapeau de Carillon est ainsi l'ancêtre le plus direct du drapeau du Québec. L’exemplaire retrouvé en 1955 dans le presbytère de la paroisse de Saint-Jude est le seul prototype fabriqué pour l’abbé Elphège-Prime Filiatrault connu à ce jour.

Le ministre dela Cultureet des Communications et ministre responsable dela Protectionet dela Promotionde la langue française donne également avis :

QUE toute personne intéressée peut, dans les soixante (60) jours de la transmission du présent avis, faire des représentations auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec;

QU’il prendra l’avis du Conseil du patrimoine culturel du Québec sur l’opportunité de procéder au classement de ce bien patrimonial;

QUE si le classement de ce bien se réalise, celui-ci prendra effet à compter de la transmission du présent avis conformément àla Loisur le patrimoine culturel;

QUE l’avis d’intention devient sans effet si l’avis de classement, accompagné d’une liste des éléments caractéristiques du bien patrimonial classé, n’est pas transmis au propriétaire du bien ou à celui qui en a la garde, dans un délai d’un an à compter de la date de la transmission de l’avis d’intention ou dans un délai de deux ans à compter de cette même date s’il y a eu prorogation de l’avis d’intention.

Signé à Québec, ce 17 janvier 2017

Le ministre,

Luc Fortin

Haut de page