Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Plan de conservation pour le site patrimonial de Trois-Rivières

Le ministre Kotto annonce la tenue d'une consultation publique

Québec, le 13 décembre 2013 – Le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, annonce qu'il confie au Conseil du patrimoine culturel du Québec le mandat de tenir une consultation publique sur le projet de plan de conservation du site patrimonial de Trois-Rivières.

« Je souhaite que les citoyennes et les citoyens ainsi que les groupes concernés puissent faire entendre leur voix sur le projet de plan de conservation touchant le site patrimonial de Trois-Rivières. Cette proposition de plan met en lumière les valeurs et les caractéristiques patrimoniales du site, de même que les orientations qui me guideront en vue de sa préservation, de sa réhabilitation et de sa mise en valeur. L'exercice de consultation se veut un moment d'échanges constructifs pour que tous puissent faire part de leurs préoccupations et s'exprimer sur le plan proposé », a fait savoir le ministre Kotto.

Tous les détails entourant la consultation publique, soit le lieu, les dates et les modalités, seront rendus publics par le Conseil du patrimoine culturel du Québec.

Selon la Loi sur le patrimoine culturel, le ministre doit obtenir l'avis de la Ville de Trois-Rivières, qui a juridiction sur l'aménagement du territoire, ainsi que celui du Conseil du patrimoine culturel du Québec sur le projet de plan de conservation. Après la remise du rapport de consultation, qui sera déposé d'ici le 31 mars 2014, et la réception de ces avis, le Ministère procédera à la révision du plan de conservation, qui devra être ensuite approuvé par le ministre.

Rappelons qu'à l'intérieur d'un site patrimonial déclaré une autorisation du ministre est nécessaire avant de diviser ou de morceler un terrain, de modifier l'aménagement ou l'implantation d'un immeuble, de faire une construction, de réparer ou de modifier l'apparence extérieure d'un immeuble, de démolir totalement ou partiellement un immeuble, d'excaver le sol, de faire un nouvel affichage ou de modifier, remplacer ou démolir une enseigne. Cette autorisation du ministre est requise en plus de tout permis exigé en vertu de la réglementation municipale.

Le site patrimonial de Trois-Rivières, décrété en 1964, correspond à l'un des trois premiers noyaux de peuplement de la Nouvelle-France. Situé au cœur de la ville fondée en 1634, il compte une cinquantaine de bâtiments comprenant des institutions religieuses comme le monastère des Ursulines et le site patrimonial des Récollets-de-Trois-Rivières, ainsi que des habitations bourgeoises et ouvrières témoignant de l'industrialisation de la ville. Il est également constitué d'espaces publics, tels que la place d'Armes et la place Pierre-Boucher.

– 30 –

Haut de page