Partager Partager Imprimer la page.  

La Culture et l'Éducation
Deux partenaires indissociables

Protocole d'entente

entre le ministère de la Culture et des Communications
et le ministère de l'Éducation
(aujourd'hui ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport).

La Politique culturelle du Québec, adoptée par le gouvernement en 1992, faisait de l'établissement de ponts réels entre l'éducation et la culture un objectif primordial. L'école y est reconnue comme voie privilégiée de démocratisation et d'accès à la culture.

Dans le cadre de la Politique culturelle, le ministère de la Culture et des Communications et le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport ont instauré, depuis quelques années, des programmes et des mesures concrètes valorisant l'éducation artistique et culturelle. Se fondant sur ces expériences positives, les deux ministères souhaitent renforcer leurs liens de partenariat.

Le Québec connaît des transformations sociales profondes qui supposent une réaffirmation de son identité culturelle comme société pluraliste francophone en Amérique du Nord. La société québécoise évolue vers une culture plus ouverte, riche d'apports diversifiés, qui doit s'appuyer sur des valeurs communes. En ce sens, les deux ministères reconnaissent que l'introduction à la culture universelle, l'appropriation de la culture québécoise, dont la maîtrise de la langue française, et la compétence en matière d'utilisation des nouvelles technologies de l'information renvoient à des enjeux fondamentaux pour l'avenir collectif du Québec.

Objet de l'entente

L'objet de la présente entente est le renforcement du partenariat qui existe déjà entre le ministère de la Culture et des Communications, le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport et leurs milieux respectifs. Par ce partenariat, les deux ministères veulent susciter, stimuler et valoriser des interventions concertées, adaptées et novatrices en matière d'éducation et de culture, et ce, dans le respect de leurs compétences propres, au regard de la complémentarité de leurs milieux respectifs et en tenant compte des réalités locales, régionales et nationales.

Les domaines visés sont, pour tous les ordres d'enseignement, les arts, tant du point de vue de la sensibilisation que de l'éducation et de la formation, la langue et la littérature, l'histoire et la sensibilisation au patrimoine, la culture scientifique et technique, ainsi que les nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Orientations

Étant donné leur volonté commune, les deux ministères conviennent des orientations suivantes :

  • renforcer et développer la coopération et la coordination entre les deux ministères en vue d'assurer la cohérence entre les projets éducatif et culturel de la société québécoise;
  • favoriser une plus grande ouverture du milieu de l'éducation aux ressources culturelles disponibles afin de mieux traduire l'intégration de la dimension culturelle à sa mission éducative;
  • favoriser une plus grande ouverture du milieu culturel aux besoins des établissements d'enseignement afin d'adapter et d'harmoniser ses diverses interventions;
  • soutenir, promouvoir et valoriser les initiatives locales, régionales et nationales de concertation et de partenariat entre les organismes culturels, municipaux, associatifs et ceux du monde de l'éducation, afin d'assurer à la clientèle étudiante une éducation artistique et culturelle de meilleure qualité et un accès aux œuvres et aux lieux de culture;
  • contribuer à l'harmonisation des interventions gouvernementales en matière de formation professionnelle et technique et d'enseignement supérieur dans le domaine des arts;
  • favoriser le partenariat visant à encourager une plus grande utilisation des nouvelles technologies de l'information dans le milieu de l'éducation.

Champs de collaboration

Les deux ministères s'engagent à :

  1. se concerter lors du développement et de la révision des politiques et des programmes se rapportant aux domaines désignés par l'entente, telles l'élaboration de la politique de lecture, la participation aux processus concernant les programmes de formation professionnelle et technique;
  2. renforcer les mécanismes de collaboration et d'harmonisation visant à accentuer la complémentarité de l'action des intervenants du secteur culturel et du secteur de l'éducation dans le domaine de la formation professionnelle, technique et préuniversitaire en arts, telle la participation aux tables de concertation formant le Comité sectoriel de la culture de la Société québécoise de développement de la main- d'œuvre (SQDM);
  3. collaborer à l'avancement de dossiers ponctuels d'intérêt commun et concevoir des moyens d'action adaptés aux contextes et aux types d'interventions à privilégier, tels la préparation de colloques, la reconnaissance des études musicales extra-scolaires, le soutien à l'organisation d'activités de formation continue des maîtres;
  4. faciliter la réalisation d'activités d'enseignement qui nécessitent la participation de partenaires, tels le projet-pilote en éducation cinématographique, la Dictée P.G.L.;
  5. élaborer et développer des mesures de sensibilisation à la culture pour faciliter, dans les établissements d'enseignement, les contacts directs entre le personnel enseignant, les élèves, les créateurs et les œuvres, dans tous les domaines visés par l'entente, comme les programmes Artistes à l'école, Tournée des écrivains et Writers in Schools;
  6. soutenir en partenariat la promotion publique d'événements et la réalisation de projets qui mettent en valeur la formation dans les domaines désignés par l'entente, la vie culturelle étudiante et la collaboration entre les milieux de l'éducation et de la culture, tel le Programme de promotion de l'enseignement collégial : productions étudiantes, la Semaine québécoise des arts, la Quinzaine des sciences et les Prix Essor;
  7. encourager et soutenir la création de mécanismes de concertation et de collaboration entre les milieux scolaire, culturel et municipal, ainsi que la mise en place de mesures et d'activités favorisant la fréquentation des lieux de culture et la connaissance des œuvres, entre autres par l'entremise des comités culturels scolaires, de la mesure Specta-jeunes, des Séjours historiques et culturels des jeunes dans la capitale nationale;
  8. encourager les initiatives permettant de guider les jeunes vers les contenus francophones et culturels sur les autoroutes de l'information et dans le multimédia, telles la mise en marché du DOC 101 logiciels éducatifs et les mesures de soutien du Fonds de l'autoroute de l'information;
  9. encourager les milieux municipal et de l'éducation à réaliser des projets mettant en commun leurs compétences et leurs ressources dans le domaine des bibliothèques et des autres équipements culturels, telles la production et la diffusion du Guide de la concertation scolaire-municipale dans le domaine des bibliothèques;
  10. associer les partenaires de l'éducation et de la culture à la recherche et à l'élaboration de solutions et de mesures liées à des problématiques concernant les domaines visés par l'entente, par exemple par leur participation au Comité de coordination du Plan national de formation en métiers d'art et à des tables de concertation culture-éducation.

Gestion du protocole et mise en œuvre

Les deux ministères conviennent de la création d'un comité interministériel responsable de la mise en œuvre du protocole et de la réalisation des actions prioritaires retenues chaque année.

En appui à ce comité interministériel, une table de travail réunissant des représentants des deux ministères est formée pour chacun des trois secteurs d'enseignement touchés par l'entente, soit la formation générale des jeunes, la formation professionnelle et technique et l'enseignement supérieur. Ces tables assurent l'élaboration, la réalisation, le suivi et l'évaluation des actions et déterminent les crédits nécessaires.

Haut de page