Partager Partager Imprimer la page.  

Septembre 2013

Données ouvertes

La popularité du Répertoire du patrimoine culturel du Québec (RPCQ) et de son contenu croît de façon importante depuis que la Direction générale du patrimoine et des institutions muséales (DGPIM) a décidé de participer au projet de données ouvertes du gouvernement du Québec.

Trois jeux de données ont été rendus disponibles au lancement de la plate-forme en juin 2012. Ces trois jeux de données provenant du RPCQ se classent d’ailleurs parmi les 10 plus téléchargés de ce portail, sur plus de 300. Grâce à leur indexation par les principaux moteurs de recherche, l’achalandage du RPCQ a depuis grimpé en flèche. La fréquentation du site est notamment passée de 5 700 consultations en février 2013 à plus de 25 000 en août 2013. Environ 175 000 pages sont consultées mensuellement.

En plus de souligner la nécessité de suivre les développements du numérique pour diffuser le patrimoine québécois sur le Web, ces chiffres démontrent tout autant l’intérêt des Québécois pour le patrimoine culturel. Les citoyens désirent une accessibilité accrue aux données et aux connaissances le concernant.

C’est pourquoi la DGPIM a décidé de bonifier considérablement les jeux de données déjà présents en plus d’en ajouter deux supplémentaires. On retrouve maintenant, sur le site du gouvernement ouvert du Québec, des données ouvertes concernant :

Le MCC bonifie les jeux de données déjà disponibles et ajoute deux jeux supplémentaires. Sur le site www.donnees.gouv.qc.ca, on retrouve maintenant des données ouvertes le concernant.

Pour chacune de ces catégories regroupant des éléments du patrimoine immobilier protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel du Québec, il est possible de librement télécharger deux types de fichier, l’un en format TXT et l’autre en format KML, contenant des données identifiant, décrivant et géolocalisant ces sites et immeubles patrimoniaux. Ces fichiers peuvent se manipuler aisément avec un logiciel tableur (ex. Excel, LibreOffice, etc.) ou de cartographie (ex. Google Earth).

On y retrouve, pour chacun des éléments (lorsque disponible), en plus de leur nom et de leur adresse web dans le RPCQ :

  • un texte descriptif et un historique
  • la date d’attribution du statut juridique
  • l’adresse (numéro, odonyme, municipalité et région administrative)
  • les coordonnées géographiques (latitude et longitude)
  • la date de première construction
  • les catégories fonctionnelles permettant d’identifier l’usage de l’immeuble ou du site (ex. caserne de pompier, manoir seigneurial, etc.)
  • un lien direct vers une photographie et les informations associées.

Les jeux de données sont donc beaucoup plus complets et intéressants que les précédents pour les citoyens ou les entreprises voulant les exploiter, ce qui permettra, nous l’espérons, de mieux mettre en valeur, diffuser, visualiser ou analyser le patrimoine immobilier protégé du Québec.

En savoir plus sur les données ouvertes du Répertoire.

À voir aussi...

Haut de page