Partager Partager Imprimer la page.  

Types de permis de travail américain

Pour les solistes

Permis O-1B

Le permis O-1B peut être valable pour une durée maximale de trois ans. Pour justifier la demande de ce permis et l’obtenir, le requérant doit être en mesure de présenter des contrats, des lettres d’engagement, des lettres d'intérêt ou des lettres d’invitation qui couvrent l’ensemble de la période indiquée dans la demande, jusqu’à trois ans d’avance.

Pour obtenir plus de précisions, consultez le site Artists From Abroad à propos du permis O-1B (en anglais).

Le soliste peut également présenter une demande de permis de catégorie P-3, une catégorie pour un interprète culturellement unique.

Pour les ensembles

Le permis P peut être valable pour une durée maximale d’un an. Pour justifier la demande de ce permis et l’obtenir, le requérant doit être en mesure de présenter des contrats, des lettres d’engagement, des lettres d'intérêt ou des lettres d’invitation qui couvrent l’ensemble de la période indiquée dans la demande, jusqu’à un an d’avance.

Il existe trois catégories de permis P pour les ensembles.

Permis P-1B

Cette catégorie s’applique spécifiquement aux membres d'un ensemble reconnu à l’échelle internationale, que ce soit dans le domaine de la musique, de la danse ou du théâtre. Au moins 75 % des membres de l'ensemble doivent en faire partie depuis au moins un an, sauf dans le cas d’une personne qui remplace un membre pour cause de maladie, de conflit d’horaire ou autre. Tout au long de la collecte des documents pour la préparation d’une demande P-1B, soyez conscient que les Citizenship and Immigration Services (CIS) ne s'intéressent pas aux membres en particulier, mais bien à l'ensemble du groupe ou de la compagnie. De plus, le succès obtenu par un spectacle d’une production en particulier ne suffit pas pour obtenir le permis P-1B. D’autre part, les CIS se montrent indulgents face aux artistes canadiens émergents, en reconnaissant normalement que les États-Unis sont un marché naturel dans le développement et la poursuite d’une carrière internationale.

Pour obtenir plus de précisions, consultez le site Artists From Abroad à propos du permis P-1B (en anglais).

Permis P-2

Le permis P-2 exige l’existence d’une entente entre un syndicat américain et un syndicat canadien, comme l’Actors Equity ou l’American Federation of Musicians. Dans ce cas, le syndicat aux États-Unis devient le requérant et il organise la représentation réciproque au Canada. Il est conseillé d'entrer en contact avec le syndicat approprié bien longtemps avant le départ pour une tournée, afin d’assurer le bon déroulement du processus d’obtention d’un permis. De plus, si un ensemble prévoit se produire régulièrement sans changement de musiciens, il est conseillé d’envisager l’obtention d’un permis P-1B.

Pour obtenir plus de précisions, consultez le site Artists From Abroad à propos du permis P-2 (en anglais).

Permis P-3

Le permis P-3 pour « l'artiste culturellement unique » est disponible pour les interprètes, les ensembles, les enseignants et les entraîneurs. Normalement se qualifie pour le permis P-3 un artiste solo ou un membre d’un groupe d’artistes ou un membre du personnel d’enseignement ou d’entraînement d’un événement « culturellement unique » qui se déroule dans le cadre d’un programme commercial ou privé.

L’appellation « culturellement unique » est définie par les CIS comme un mode d'expression artistique ou un médium qui est particulier à un pays, une nation, une société, une classe, un peuple, une appartenance ethnique, une tribu ou à une assemblée de personnes. Pour le permis P-3, il n’est pas requis que 75 % des membres fassent partie du groupe depuis au moins un an. De plus, les CIS font preuve d'une certaine ouverture face aux critères qui peuvent justifier et expliquer ce statut spécial. Il est possible de justifier le statut « culturellement unique » par la présentation de critiques de journaux, d’articles de presse, de lettres de gouvernements étrangers, de certificats de prix obtenus et de lettres de soutien d'experts et de producteurs.

Documenter le talent extraordinaire de l’artiste culturellement unique

Peu importe qu’il s’agisse d’une demande pour un permis O-1B ou un permis P, il faut toujours être en mesure de bien documenter la reconnaissance du talent extraordinaire de l'interprète ou de l’ensemble. Bien que le talent extraordinaire puisse être prouvé et documenté de diverses façons, les CIS fournissent une liste de critères qui aident à démontrer l’existence d’un talent extraordinaire, et le requérant doit être bien informé de ces critères afin de fournir l’information et les documents requis. Démontrer le talent extraordinaire d’un jeune interprète ou d’un ensemble qui démarre sa carrière exige plusieurs documents d’appui.

Afin de démontrer que l’interprète ou l'ensemble est reconnu, on peut mentionner l’information suivante :

  • ses tournées à l’échelle nationale et internationale;
  • les cachets ou les honoraires reçus;
  • la renommée des salles ou des lieux où il joue;
  • ses enregistrements sonores ou visuels ou les deux;
  • les louanges des critiques;
  • ses succès commerciaux;
  • les prix internationaux remportés (GRAMMY, Oscar et autres de concours importants);
  • des recommandations et des lettres d’appui écrites par les imprésarios, les producteurs, les diffuseurs, ses pairs de l’industrie, les associations artistiques et les organismes gouvernementaux, etc.

Pour obtenir plus de précisions, consultez le site Artists From Abroad à propos du permis P-3 (en anglais).

Pour le personnel de soutien

Chaque catégorie de permis possède aussi une catégorie spécifique pour le personnel de soutien (permis O-2, P‑1S, P-2S, et P-3S). Consultez les pages suivantes sur le site Artists from Abroad pour obtenir plus de précisions sur les particularités de ces catégories :

Pour les époux et les enfants qui accompagnent le bénéficiaire

Les époux et les enfants célibataires qui accompagnent un bénéficiaire ayant un permis O ou P (un interprète ou un membre du personnel de soutien) peuvent se qualifier respectivement pour un permis O-3 ou P-4, mais ils n’auront pas le droit de travailler.

L'époux ou les enfants du bénéficiaire sont des citoyens canadiens.

Pour obtenir un permis O-3 ou P-4, l’époux ou les enfants du bénéficiaire se présentent au point d'entrée (poste frontalier) ou à l'inspection avant le vol, avec en main un passeport valide ainsi qu’une preuve du lien familial avec le bénéficiaire concerné.

L'époux ou les enfants du bénéficiaire ne sont pas des citoyens canadiens.

Une fois que le bénéficiaire aura reçu l’avis d’approbation de sa demande de permis de travail, l’époux ou les enfants devront obtenir le permis O-3 ou P-4 par l’entremise du consulat américain. Il faudra prouver le lien familial avec le bénéficiaire.

Mise en garde et précisions

Il ne faut jamais :

  • tenter d’attribuer à un technicien le statut d’interprète dans le seul but d’éviter la préparation d’une demande spécifique pour le personnel de soutien;
  • tenter d’entrer aux États-Unis pour offrir une performance sans avoir obtenu au préalable le permis approprié.

Dans la majorité des cas, un permis de travail O ou P pour l'interprète est exigé que la performance soit rémunérée ou non. Même si la performance est présentée gratuitement au grand public, on doit obtenir le permis de travail approprié pour l’interprète. Les officiers des douanes américaines maîtrisent bien le Web et utilisent fréquemment les moteurs de recherche tel Google pour se renseigner sur les individus qu'ils soupçonnent d'entrer sous un prétexte frauduleux ou s’ils croient que le permis de travail accordé n’est pas approprié.

Performance dans le cadre d’un événement professionnel

Si l'interprète est appelé à se produire uniquement devant les délégués d’un événement professionnel et non devant le grand public, il peut obtenir une dérogation de permis ou obtenir un permis de type B (en anglais) pour entrer aux États-Unis. Pour ce faire, il doit obtenir une lettre du directeur de la conférence ou une lettre d'un avocat de l’immigration aux États-Unis dans laquelle sont expliqués les circonstances et le contexte entourant la performance de l’interprète dans le cadre de la conférence ou les deux. Pour les citoyens canadiens, la demande se fait tout simplement au point d’entrée à la frontière américaine.

Haut de page