Partager Partager Imprimer la page.  
Patrimoine

Accueil > Secteurs d'intervention > Patrimoine > Outils et documentation > Infolettre > Archives > Infolettre du 19 juin 2013

La Loi sur le patrimoine culturel.

Infolettre du 19 juin 2013

Désignation de personnages et d'événements historiques

Le statut de désignation est une des nouveautés de la Loi sur le patrimoine culturel. Ce statut peut être attribué à un personnage historique décédé, à un événement ou à un lieu historique ou encore à un élément du patrimoine immatériel. Il permet de mettre en valeur des éléments significatifs du patrimoine culturel du Québec.

À l'occasion du jour anniversaire de la fondation de Montréal, le 17 mai, le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, a annoncé la désignation de Jeanne Mance et de Paul de Chomedey de Maisonneuve à titre de personnages historiques. Ces personnages sont désomais inscrits au Registre du patrimoine culturel.

Par ailleurs, le 11 juin, le ministre Kotto a annoncé la désignation de l'arrivée de la Société des vingt-et-un au Saguenay comme événement historique, à l'occasion du 175e anniversaire de l'arrivée des premiers colons.

Jeanne Mance (1606-1673)

Née en 1606, Jeanne Mance est une figure emblématique de la fondation de Ville-Marie, aujourd'hui Montréal. En France, elle participe à différentes œuvres de charité et se consacre au soin des malades. En 1641, elle joint la Société Notre-Dame de Montréal, dont le mandat était d'établir une colonie missionnaire en Nouvelle-France. Le 17 mai 1642, elle figure parmi un groupe de colons qui prennent possession de l'île de Montréal. Dans la petite infirmerie du fort, puis dans l'hôpital qu'elle fait ériger en 1644 et 1645, Jeanne Mance soigne les malades et les blessés. Elle accompagne aussi les communautés religieuses qui s'établissent à Montréal. Elle accueille, entre autres, Marguerite Bourgeoys (1620-1700) en 1653 et l'aide à fonder une école. Jeanne Mance est considérée comme la première infirmière laïque du Canada. Elle meurt à Montréal en 1673.

Paul de Chomedey de Maisonneuve (1612-1676)

Né en 1612 à Neuville-sur-Vanne en France, Paul de Chomedey de Maisonneuve amorce d'abord une carrière militaire, avant d'être choisi pour diriger la Société Notre-Dame de Montréal, dont le mandat était d'établir une colonie missionnaire en Nouvelle-France. Le 17 mai 1642, Maisonneuve et un premier groupe de colons prennent possession de l'île de Montréal. Il occupe la fonction de gouverneur et possède d'importants pouvoirs civils et militaires. Ses travaux pour l'installation de la colonie contribuent à l'essor de la cité naissante. Il rentre en France en 1665, après la cession de la seigneurie de l'Île-de-Montréal aux Sulpiciens. Maisonneuve est l'une des figures emblématiques de la fondation de Ville-Marie. Il meurt à Paris en 1676.

L'arrivée de la Société des vingt-et-un au Saguenay (1837)

Formée en 1837 par un groupe d'habitants de La Malbaie, la Société des vingt-et-un obtient une licence de coupe de bois de la Compagnie de la Baie d'Hudson, qui est alors détentrice d'un monopole d'exploitation de la région. À compter du 11 juin 1838, les colons dépêchés par la société s'installent notamment à L'Anse-Saint-Jean et à La Grande Baie. Au cours des années suivantes, malgré les limitations imposées par la Compagnie de la Baie d'Hudson, de nouveaux engagés s'établissent dans la région et défrichent les terres. En 1842, le gouvernement du Canada-Uni modifie les termes du contrat et place les terres agricoles aux enchères, ce qui met un terme à la clandestinité des colons. C'est donc l'arrivée de la Société des vingt-et-un qui a érodé la résistance à la colonisation et marqué la naissance de plusieurs villes et villages de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Deux immeubles patrimoniaux classés

Le 23 mai 2013, le ministre Maka Kotto a procédé au classement de deux immeubles patrimoniaux, soit l'ancien hôpital général de Montréal et l'ancienne aluminerie de Shawinigan.

Ancien hôpital général de Montréal.
Salle des pauvres.
Mention de source : MCC.

Ancien hôpital général de Montréal

L'ancien hôpital général de Montréal est associé à deux communautés religieuses ayant œuvré auprès des plus démunis, les Frères hospitaliers de la Croix et de Saint-Joseph et les Sœurs de la Charité de Montréal. Fondé à la fin du XVIIe siècle par François Charon de La Barre (1654-1719), l'hôpital général est dirigé à partir de 1747 par Marguerite d'Youville (1701-1771). L'ensemble conventuel et hospitalier figure parmi les plus anciens subsistant au Québec. Il comprend des parties anciennes datant du Régime français, dont la cave voûtée, la salle des pauvres ainsi que l'ancienne cuisine et son évier de pierre. Les autres composantes de l'ensemble illustrent les différentes phases d'occupation du lieu jusqu'au XIXe siècle. Plusieurs vestiges et artéfacts ont également été mis au jour lors de fouilles archéologiques, dont l'une des plus importantes collections montréalaises d'objets du Régime français.

Ancienne aluminerie de Shawinigan.
Mention de source : MCC.

Ancienne aluminerie de Shawinigan

L'ancienne aluminerie de Shawinigan constitue le plus ancien complexe du genre subsistant en Amérique du Nord. Établi par la Pittsburgh Reduction Company au tournant du XXe siècle, l'ensemble témoigne de la naissance de l'électrométallurgie au Québec et au Canada. Le premier lingot d'aluminium au pays y a été coulé en 1901. Établie près des chutes de Shawinigan, l'aluminerie illustre également l'implantation de grandes industries près des centrales hydroélectriques. Les bâtiments de l'ancienne aluminerie sont représentatifs de l'architecture industrielle de cette période, notamment par les volumes rectangulaires, la maçonnerie de briques rouges, les toits à deux versants droits et les éléments décoratifs issus du vocabulaire de l'architecture classique. Des ponts roulants, permettant la manutention de charges lourdes, ont été conservés dans certaines anciennes salles de cuves.

En savoir plus

Pour en savoir davantage sur les personnages et les événements historiques ainsi que sur l'ensemble du patrimoine culturel québécois, on peut consulter le Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Nouvelle parution

Un tout nouvel outil d'information générale, À propos de la Loi sur le patrimoine culturel, est désormais disponible dans la section patrimoine du site Web du Ministère. Il s'agit d'un document qui présente sommairement tous les aspects couverts par la Loi sur le patrimoine culturel. Il permet de comprendre les objectifs de la Loi et les divers moyens prévus pour assurer la connaissance, la protection, la mise en valeur et la transmission du patrimoine culturel québécois.

Actualités

Des documents de Jacques Viger

À l'occasion du 100e anniversaire d'Archives de Montréal, le ministre Maka Kotto a annoncé son intention de classer sept albums et documents manuscrits de Jacques Viger (1787-1858), premier maire de Montréal :

  • Dénombrement du comté de Montréal de 1825
  • Costumes des communautés religieuses de femmes en Canada (1854)
  • Souvenirs canadiens (vers 1830 1856)
  • Néologie canadienne (1810)
  • Ma Saberdache (rouge) (1840-1858)
  • Ma Saberdache (bleue) (1839-1841)
  • Panorama de Montréal (vers 1826-1827).

En vertu de cet avis d'intention de classement, ces documents bénéficient déjà de la protection de la Loi et ne peuvent, par exemple, quitter le Québec sans l'autorisation du ministre.

Inventaire du patrimoine bâti en Outaouais

Le 21 mai dernier, la région de l'Outaouais a rendu public son inventaire du patrimoine bâti réalisé dans le cadre d'une entente spécifique entre le ministère de la Culture et des Communications et la Conférence régionale de élus de l'Outaouais. Commencé en 2008, l'inventaire répertorie 2443 bâtiments et compte 62 éléments d'intérêt patrimonial construits avant 1850. Ces données sont désormais inscrites au Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Abonnement - DésabonnementQuestions - Commentaires

Sommaire

La lettre d'information est une production du ministère de la Culture et des Communications.

Pour en savoir davantage : infos@mcc.gouv.qc.ca.

À voir aussi...

Haut de page