Partager Partager Imprimer la page.  
Patrimoine

Accueil > Secteurs d'intervention > Patrimoine > Outils et documentation > Infolettre > Archives > Infolettre du 26 février 2013

La Loi sur le patrimoine culturel.

Infolettre du 26 février 2013

Les inventaires : une mine de renseignements

L'article 8 de la Loi sur le patrimoine culturel prévoit que le ministre « contribue à la connaissance du patrimoine culturel notamment par la réalisation d'inventaires. [Le ministre] en établit le mode de réalisation, de consignation et de diffusion. » La réalisation d'inventaires n'est toutefois pas une pratique nouvelle au gouvernement. Bien avant la création du ministère de la Culture et des Communications, après l'adoption de la Loi relative à la conservation des monuments et des objets d'art ayant un intérêt historique ou artistique (1922), la Commission des monuments historiques avait entrepris des travaux d'inventaire du patrimoine culturel, dont certains ont été publiés, particulièrement Les monuments commémoratifs de la province de Québec (1923) et Les vieilles églises de la province de Québec, 1647 – 1800 (1925).

Tout au long du XXe siècle, le gouvernement du Québec a poursuivi le travail d'acquisition de connaissances. La période couvrant les années 1960-1990 est particulièrement féconde en réalisation d'inventaires d'envergure, dont le macro-inventaire du patrimoine québécois, réalisé de 1977 à 1983.

À quoi servent les inventaires ?

Par la connaissance fine qu'ils apportent des éléments du patrimoine culturel, les inventaires peuvent servir à plusieurs usages. Pour les municipalités notamment, les inventaires favorisent une meilleure utilisation de la Loi sur le patrimoine culturel et de leur pouvoir de citation. Ils peuvent également faciliter l'élaboration de plans d'urbanisme, de plans d'implantation et d'intégration architecturale et contribuer à la planification et à la gestion des budgets alloués au patrimoine, par exemple dans le cadre d'une entente de restauration. Un inventaire peut aussi alimenter des projets de valorisation ou de circuit patrimonial ou la création de panneaux d'interprétation. Finalement, il peut contribuer au développement d'outils méthodologiques, comme des guides de restauration ou de valorisation du patrimoine. Pour le ministère de la Culture et des Communications, un inventaire du patrimoine culturel constitue le fondement de toute démarche visant à gérer adéquatement les ressources patrimoniales.

Partage de la connaissance

Depuis le début des années 2000, le ministère de la Culture et des Communications a adopté une approche plus participative en matière de réalisation et de gestion d'inventaires du patrimoine culturel. Les municipalités locales et les municipalités régionales de comté assument de plus en plus la réalisation des inventaires du patrimoine immobilier. Conscient de l'importance de leur rôle, le Ministère a mis en service une base de données du patrimoine immobilier, mobilier et immatériel du Québec (PIMIQ) qui permet aux partenaires du Ministère d'y intégrer les données de leurs inventaires et ainsi de partager les connaissances acquises.

De plus, PIMIQ est la base de données qui alimente le Répertoire du patrimoine culturel du Québec (RPCQ), la plateforme de diffusion du patrimoine culturel du Québec destinée au grand public.

PIMIQ, un outil à découvrir

La réalisation d'un inventaire dans PIMIQ comporte de nombreux avantages, entre autres pour la normalisation des pratiques et des données d'inventaire. En plus d'obtenir un accès gratuit à la base de données et au module d'inventaires, les utilisateurs de PIMIQ bénéficient d'un encadrement spécialisé tout au long du processus menant à la réalisation d'un inventaire. Également gratuit, cet encadrement comprend notamment une formation sur l'utilisation de PIMIQ, plusieurs guides pratiques et un glossaire. En outre, puisque l'entretien de la base de données est pris en charge par le Ministère, il est toujours possible d'avoir accès aux inventaires (même les plus anciens) pour les enrichir et les actualiser. Enfin, la diffusion de l'information sur les biens inventoriés dans le RPCQ non seulement augmente leur rayonnement à l'échelle locale, régionale et nationale, mais également facilite l'accessibilité aux informations qui les concernent et leur consultation par le public.

Dans le prochain numéro, il sera question de la procédure pour la réalisation d'inventaires ainsi que des outils créés par le Ministère et mis à la disposition de ses partenaires. Entre-temps, pour savoir comment réaliser un inventaire à l'aide de PIMIQ, il faut s'adresser à l'une des directions régionales du Ministère.

Actualités

Plan de conservation du site patrimonial de Sillery

Le 20 février 2013, le ministère de la Culture et des Communications a présenté publiquement les grandes orientations de son projet de plan de conservation du site patrimonial de Sillery, devant près de 400 personnes, réunies au Montmartre canadien à Québec. Cette séance d'information était la première étape de la consultation publique demandée au Conseil du patrimoine culturel du Québec par le ministre Maka Kotto. Les 27 et 28 février prochains, au cours de deux ateliers thématiques, le Ministère expliquera plus en détail les orientations du plan de conservation.

Abonnement - DésabonnementQuestions - Commentaires

Sommaire

Les inventaires : une mine de renseignements

  • À quoi servent les inventaires ?
  • Partage de la connaissance
  • PIMIQ, un outil à découvrir

Actualités

La lettre d’information est une production du ministère de la Culture et des Communications.

Pour en savoir davantage : infos@mcc.gouv.qc.ca.

À voir aussi...

Haut de page