Partager Partager Imprimer la page.  
Laurentides

Accueil > Votre région > Laurentides > Secteurs d'intervention régionaux > Patrimoine > Patrimoine archéologique

Patrimoine archéologique

Le patrimoine archéologique des Laurentides est particulièrement important dans la partie nord de la région. En 2012, plus de 220 sites archéologiques sont connus sur le territoire, dont la grande majorité dans la MRC d'Antoine-Labelle. Ceux-ci sont concentrés dans les bandes riveraines des lacs Adonis, Culotte, Long, de la Maison de Pierre, Némiscachingue, Pétawaga et Toulouse.

Au fil des ans, plusieurs centaines d'artéfacts, d'écofacts et de structures d'aménagement, découverts de manière fortuite ou lors de fouilles planifiées, attestent la présence amérindienne sur le territoire pendant plusieurs milliers d'années, par exemple :

  • des artéfacts de la tradition iroquoienne dans le secteur du lac Némiscachingue illustrent les contacts et les échanges entre les groupes amérindiens de la région et d'autres, méridionaux
  • une collection d'objets de traite (outils en métal, perles de verre, etc.) dans le secteur du lac Némiscachingue met en lumière le commerce entre les Européens et les Amérindiens
  • des matériaux exotiques trouvés dans des ateliers de taille d'outils en pierre (pointes de flèches, couteaux, grattoirs, etc.) sur les rives des lacs Médora, Sunset et Doughnut témoignent de l'existence de vastes réseaux d'échanges préhistoriques.

Des sites archéologiques historiques, principalement dans le sud de la région laurentienne, témoignent de l'établissement des premiers colons européens. Divers objets historiques en céramique, en métal et en verre ainsi que des matières premières et des restes fauniques et végétaux ont été récupérés :

  • dans le Vieux-Saint-Eustache
  • à l'emplacement de l'ancien fort d'Oka
  • sur le site de la maison Garth à Lorraine
  • sur le site de la ferme McCarthy à Saint-Colomban.

Ces artéfacts font partie de collections privées ou publiques. Quelques-uns sont conservés au Laboratoire et à la Réserve d'archéologie du Québec.

Haut de page