Partager Partager Imprimer la page.  

Patrimoine immobilier

Site patrimonial de La Grave.
© MCC, Jean-François Rodrigue, 2006.

Le patrimoine immobilier de la région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine présente une richesse qui reflète ses particularités géographiques et une variété de styles architecturaux qui témoigne des origines ethniques multiples de sa population.

Un patrimoine diversifié

Les activités agricoles, forestières et maritimes ont laissé leurs traces dans le patrimoine de la région.

On trouve sur le territoire des granges, des baraques à foin, des camps forestiers et des moulins à scie. Des vestiges de papetières et de cartonneries aujourd'hui hors d'activité constituent un patrimoine qui témoigne d'un passé industriel méconnu.

Le caractère maritime de la région se reflète dans la présence de phares, de parcs d'hivernage et de bâtiments pour les activités de pêche (usines de transformation, entrepôts, vigneaux, etc.). Dix-huit phares sont répartis sur le territoire de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, dont le phare de Pointe-à-la-Renommée, cité par la municipalité de Gaspé.

La région, plus particulièrement la Baie-des-Chaleurs et la pointe de la Gaspésie, recèle un grand nombre de petites églises et chapelles de diverses traditions érigées par les communautés anglophones. Ces « mitaines » (de l'anglais « meeting house »), ,e taille et de facture plus modestes que les églises catholiques sont très typiques et assez nombreuses pour marquer distinctement le paysage et la mémoire collective.

Cathédrale du Christ-Roi, Gaspé.
© MCC, Andréane Beloin, 2011.

Sites et immeubles patrimoniaux classés

La région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine compte plusieurs lieux ou ensembles d'immeubles qui sont classés, dont voici quelques exemples.

  • La Cathédrale du Christ-Roy à Gaspé, est particulièrement reconnue pour sa modernité.
  • L'église de Saint-Pierre-de-La Vernière aux Îles-de-la-Madeleine, construite en bois, constitue un point de repère à la fois terrestre et maritime.
  • Le site patrimonial de La Grave, situé dans la partie est de l'île du Havre-Aubert, aux Îles-de-la-Madeleine, est un ensemble de bâtiments et de structures reliés à l'activité traditionnelle de la pêche. Ces constructions en bois, érigées au cours des 19e et 20e siècles, occupent un isthme en forme d'hameçon de quelques mètres de largeur reliant la pointe Shea et le cap Gridley, en bordure du golfe Saint-Laurent.
  • Le site patrimonial du Banc‑de-Pêche-de-Paspébiac dans la Baie-des-Chaleurs est un complexe industriel de pêche à la morue aménagé du 18e au 20e siècle.
  • La maison William‑Wakeham à Gaspé est une maison bourgeoise d'esprit victorien érigée vers 1880.
  • Le site patrimonial de Percé (anciennement arrondissement naturel de Percé) est un territoire à caractère naturel, villageois et touristique d'une superficie totale de 40 km2, dont environ 25 km2 d'espace maritime et 15 km2 de partie continentale. Il englobe le rocher Percé, l'île Bonaventure et l'amphithéâtre naturel de Percé.
  • Le pont de Saint‑Edgar à New Richmond, est un exemple de pont couvert dans la région.

Haut de page