Partager Partager Imprimer la page.  

Ancien hôtel de ville de Lauzon
© MCC, Jean-François Rodrigue,
2008.

Patrimoine immobilier

Le patrimoine immobilier de la région de la Chaudière-Appalaches est composé de milliers de bâtiments associés aux grands courants architecturaux qui ont ponctué le développement du Québec.

En 2012, on dénombre près d'une soixantaine d'immeubles et de sites patrimoniaux classés dans la région.

Les municipalités ont, quant à elles, cité une soixantaine d'éléments du patrimoine de la région.

Le patrimoine immobilier résidentiel

Les plus anciennes municipalités de la région, concentrées le long du fleuve Saint Laurent et de la rivière Chaudière, abritent un patrimoine bâti riche et diversifié dont les plus vieux témoins datent du 18e siècle.

Maison Molleur-Dit-Lallemand à
Beaumont, d'inspiration française
© DRCA, 2009.

On trouve en Chaudière-Appalaches plusieurs maisons de pierre construites sous le Régime français qui sont classées, par exemple :

La maison des premiers colons s'est rapidement adaptée au climat local pour devenir la maison québécoise, particulièrement en vogue au 19e siècle. De nombreux exemples subsistent aujourd'hui, dont la maison Pierre-Lacroix située à Sainte-Marie.

D'autres maisons ont un intérêt patrimonial qui est particulièrement lié à l'histoire des grandes familles de la région :

Particularités régionales

On peut encore observer certaines particularités régionales sur les maisons anciennes de la Chaudière-Appalaches :

  • corniches cintrées des maisons de la Côte-du-Sud
  • fausses cheminées beauceronnes
  • bâtiments en bardeaux de bois et en bardeaux d'amiante dans la MRC de Lotbinière et à Lévis.

Plusieurs styles architecturaux d'influence anglo-saxonne sont également présents en Chaudière-Appalaches (19e siècle : Second Empire et néo-Queen Anne ; 20e siècle : Boom Town, mouvement Arts and Crafts et Four Square). À titre d'exemple, les immeubles suivants, protégés en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, illustrent différents styles architecturaux :

Haut de page

Chapelle des Marins à l'Islet
© DRCA, 2001.

Le patrimoine immobilier religieux

La Chaudière‑Appalaches s'enorgueillit de son patrimoine immobilier religieux, composé d'églises mais aussi de chapelles, de monastères et couvents, de presbytères, croix de chemin et calvaires. Plusieurs églises de tradition catholique, dont la valeur patrimoniale est parfois exceptionnelle, se trouvent en bordure du fleuve Saint-Laurent.

Dans le sud-ouest de la Chaudière-Appalaches, la colonisation loyaliste, puis britannique, a laissé ses traces dans le paysage religieux régional où diverses confessions sont représentées.

Plusieurs immeubles religieux classés illustrent ce patrimoine régional, dont :

D'autres exemples sont également protégés par des municipalités de Chaudière-Appalaches :

Haut de page

Autres types de patrimoine immobilier

Les bâtiments de ferme, les moulins, les ponts couverts, les chevalements des anciennes mines sont parmi les éléments indissociables du patrimoine régional de la Chaudière‑Appalaches. Plusieurs de ces bâtiments sont aujourd'hui protégés, notamment

Haut de page

Site patrimonial des
Églises-de-Kinnear's Mills
© MCC, Pierre Lahoud, 2004.

Les sites patrimoniaux

Certains lieux ou ensembles d'immeubles qui présentent un intérêt pour leur valeur patrimoniale sont protégés en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

La région de la Chaudière-Appalaches compte huit sites patrimoniaux classés, instaurés pour préserver des domaines seigneuriaux remarquables ou des noyaux institutionnels anciens, dont :

Les municipalités de la Chaudière-Appalaches ont elles aussi cité une dizaine de sites patrimoniaux dans le but de protéger des noyaux villageois anciens, principalement les ensembles institutionnels regroupés autour des églises paroissiales, notamment :

Haut de page