Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués - Côte-Nord

Le Centre de conservation du Québec participe au projet de l'Anse-aux-Bouleaux

BAIE-TRINITÉ, le 31 juillet 1996 - Comme partenaire du projet archéologique de l'Anse-aux-Bouleaux, le Centre de conservation du Québec assurera la coordination des activités qui entoureront la restauration des artefacts prélevés sur le site de l'épave. Sa capacité d'accueil étant limitée, le Centre a obtenu la collaboration de l'institut canadien de conservation et des laboratoires de restauration de Parcs Canada de Québec et d'Ottawa afin que les objets reçoivent un traitement de conservation adéquat.

Le Centre de conservation encadrera le travail d'une restauratrice qui collabore aux travaux de l'équipe archéologique de l'Anse-aux-Bouleaux. Dès leur sortie de l'eau, les objets sont conservés un milieu humide et transportés sans délai à l'ancienne pisciculture de Baie-Trinité, où un atelier de terrain a été installé. Des bassins, qui servaient autrefois à l'élevage du saumon, permettent le stockage temporaire des objets en vue de leur traitement ultérieur. Certains matériaux, tels que le bois et le cuir, se sont préservés en raison de la présence de l'eau mais leur conservation à long terme nécessite toujours un traitement complexe et délicat par des professionnels de la restauration, dont la durée peut s'échelonner sur des années.

Tous les objets sont documentés par la restauratrice de façon à déterminer leur état général, ainsi qu'à évaluer la durée du traitement. Cette restauratrice pourra également, selon le besoin, effectuer certains travaux de consolidation ou de stabilisation qui seraient requis en raison de la fragilité des objets. Par la suite, cette documentation servira à établir les priorités de traitement et facilitera le travail en atelier.

Le Centre de conservation du Québec est associé au projet depuis le début et a déjà traité une cinquantaine d'objets représentatifs provenant de l'épave : fusils, platine de fusil, objets domestiques, épée, etc., ce qui représente environ 300 heures de travail spécialisé. Les travaux en cours illustrent bien la nécessité d'une coopération entre l'archéologie et la conservation, qui permet d'enrichir et d'augmenter nos connaissances sur l'histoire, les modes de vie de l'époque et le patrimoine maritime.

Haut de page