Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués - Côte-Nord

Le gouvernement du Québec autorise l'armée américaine à effectuer d'importantes opérations archéologiques à Longue-Pointe-de-Mingan

De gauche à droite, la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, le consul général des États-Unis d’Amérique, M. Peter A. O’Donohue, le chef du Service d'archéologie subaquatique de Parcs Canada, M. Marc-André Bernier, ainsi que le muséologue spécialisé en histoire maritime et navale et directeur du Musée naval de Québec, M. André Kirouac, lors de la rencontre de presse concernant l’aéronef américain retrouvé dans le fleuve St-Laurent, près de Longue-Pointe-de-Mingan.
Photo : Nicola-Frank Vachon.

Québec, le 14 juin 2012 – La ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, en présence du consul général des États-Unis, M. Peter A. O'Donohue, a annoncé que le gouvernement du Québec autorisait une opération archéologique sur une épave de la Deuxième Guerre mondiale, découverte en 2009, dans le fleuve Saint-Laurent, au large de Longue-Pointe-de-Mingan.

« L'intervention de l'armée américaine est hautement symbolique pour les Américains qui souhaitent  retrouver les corps de leurs soldats qui ont péri lors de la Deuxième Guerre mondiale. Notre gouvernement jouera un rôle déterminant dans cette opération puisque l'opération archéologique se fera en fonction des plus hauts critères scientifiques et avec le moins de répercussions possible sur notre patrimoine culturel subaquatique. L'intervention se réalisera selon les règles de l'art, et ce, dans le respect de la Loi sur les biens culturels », a affirmé la ministre St-Pierre.

« Cet effort de récupération est un projet significatif et solennel. Encore aujourd'hui, plus de 84 000 membres des forces armées et civils américains sont toujours portés disparus à la suite de conflits passés. La récupération et le rapatriement des restes humains demeurent une grande priorité pour le gouvernement des États-Unis, et nous sommes profondément reconnaissants à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce vaste projet. Cette précieuse collaboration est à la base de la réussite de cette mission », a ajouté le consul général des États-Unis, M. O'Donohue.

« Depuis 2009, l'équipe d'archéologie subaquatique de Parcs Canada met ses connaissances et son expertise au service de l'armée américaine afin de permettre aux familles des soldats décédés de récupérer les dépouilles de leurs proches. Je suis heureux de pouvoir mettre nos experts à la disposition de nos partenaires afin que cette opération se déroule efficacement », a déclaré l'honorable Peter Kent, ministre canadien de l'Environnement et ministre responsable de Parcs Canada.

Retour sur l'écrasement d'avion de Longue-Pointe-de-Mingan

En 1942, lors de la Bataille du Saint-Laurent, au cours de laquelle les Allemands ont torpillé plusieurs navires qui ont coulé au fond du golfe, l'avion Catalina s'est écrasé dans le golfe Saint-Laurent après son départ de la base militaire américaine de Longue-Pointe-de-Mingan. Parmi les neuf personnes qui étaient à bord, quatre membres de l'équipage ont réussi à s'extirper de l'avion et ont été secourus par des habitants du village, alors que cinq autres y ont laissé leur vie. En 2009, lors d'une intervention de l'équipe d'archéologues subaquatiques de Parcs Canada à la Réserve de parc national de l'Archipel-de-Mingan, l'avion a été retrouvé en bonne condition.

Sous la direction de l'archéologue Richard K. Wills, l'intervention du service Joint Pow/MIA Accounting Command de l'armée américaine aura comme objectif de confirmer la présence des dépouilles des militaires et de leurs effets personnels à l'intérieur de l'aéronef. Le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine a accordé un permis de recherche archéologique afin de permettre à l'équipe d'archéologues américains d'entreprendre ses recherches. Cette intervention se fera également en étroite collaboration avec Parcs Canada. Dans le respect des juridictions québécoises, le Bureau du coroner et la Sûreté du Québec sont également pressentis puisqu'il y aura vraisemblablement prélèvement de restes humains. Avant les opérations américaines, les archéologues subaquatiques de Parcs Canada feront une intervention sur le site afin d'évaluer l'état de conservation de l'aéronef et de mieux circonscrire l'aire du site archéologique. Un permis de recherche archéologique a également été accordé à l'équipe de Parcs Canada pour réaliser cette intervention.

Vers une nouvelle loi sur le patrimoine culture

Le Québec est un pionnier en matière de protection du patrimoine culturel avec l'adoption d'une première loi en ce domaine en 1922. Depuis, plusieurs lois se sont succédé permettant de sauvegarder et de mettre en valeur les éléments les plus représentatifs du patrimoine québécois. La Loi sur les biens culturels, présentement en vigueur, sera remplacée, à compter du 19 octobre 2012, par la Loi sur le patrimoine culturel, afin de doter le Québec d'un cadre législatif moderne, adapté à la réalité du 21e siècle. Adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale du Québec, cette loi reflète l'évolution de la notion même du patrimoine culturel sur le plan mondial. Elle couvrira de nouveaux champs d'intervention, notamment les paysages culturels patrimoniaux, le patrimoine immatériel, ainsi que les personnages, événements et lieux historiques, ce qui place le Québec à l'avant-garde sur la scène internationale.

– 30 –

Haut de page