Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués - Estrie

Dévoilement d’une plaque d’identification à l'église Saint-Patrice de Magog

Magog, le 27 juillet 2012 – Au nom de la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, le député d’Orford, M. Pierre Reid, a procédé aujourd’hui au dévoilement d’une plaque d’identification faisant état de la participation financière du gouvernement du Québec, à la suite des travaux de restauration de l’église Saint-Patrice de Magog. La cérémonie a eu lieu en présence de la mairesse de Magog, Mme Vicki May Hamm, du président du Conseil de la Fabrique de la paroisse de Saint-Patrice, M. Claude Laffage, et du curé de la paroisse, Mgr André Tardif.

« Je suis très heureux de la participation du gouvernement du Québec à la restauration de l’église Saint-Patrice. Les lieux de culte font partie de notre patrimoine, et cette église est un bâtiment de grande valeur architecturale qui fait la fierté de la population de Magog et de l’Estrie. Le gouvernement du Québec reconnaît le patrimoine religieux comme une partie importante de notre culture et de notre identité auxquelles sont attachés les Québécoises et les Québécois. Le maintien en bon état de ces édifices, possible notamment par un soutien à la restauration, fait partie des enjeux de sauvegarde. Je tiens à souligner l’engagement de toute la communauté envers sa paroisse. Je félicite la Fabrique de la paroisse de Saint-Patrice ainsi que les élus municipaux pour leur implication et remercie la Ville de Magog pour sa contribution financière de 25 000 $, laquelle a été remise aujourd’hui même » a déclaré le député Reid.

Propriété de la Fabrique de la paroisse de Saint-Patrice de Magog, qui a aussi la responsabilité du bâtiment, l’église est un lieu de culte catholique érigé en 1894. Située dans le secteur historique et patrimonial, elle est protégée par un plan d’implantation et d’intégration architectural de la Ville de Magog. L’évaluation patrimoniale de 2004 la classe dans la catégorie Exceptionnelle, tant pour sa valeur historique et symbolique que pour sa valeur architecturale, de l’extérieur comme de l’intérieur de l’édifice. L’église sert également de lieu de diffusion culturelle et offre à l’occasion des concerts d’orgues et de chorales, qui sont organisés en collaboration avec des organismes du milieu, notamment le Centre d’arts Orford. Elle figure au nombre des attraits touristiques de la région.

Rappelons que, ces dernières années, l’église a fait l’objet de travaux urgents de réfection. Ces travaux ont porté essentiellement sur la réparation de la charpente et la restauration de sections de murs latéraux en pierre ainsi que sur les corniches qui présentaient une dégradation sérieuse. Le perron, profondément fissuré, a été complètement refait.

Les rénovations ont pu être réalisées grâce à la participation financière du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine (MCCCF), dans le cadre de la mesure Soutien à la restauration du patrimoine religieux, qui est gérée par le Conseil du patrimoine religieux du Québec, en délégation de gestion avec le MCCCF.

Cette mesure vise à soutenir les initiatives en vue de la restauration d’édifices du patrimoine religieux, construits avant 1945, qui sont utilisés à des fins de culte et qui présentent un intérêt élevé sur le plan patrimonial. Le MCCCF a attribué un montant de 487 830 $, ce qui représente 70 % des coûts du projet, alors que la Fabrique a contribué pour un montant de 209 071 $.

La contribution du MCCCF a été versée en vertu du Plan québécois des infrastructures, rendu public à l’automne 2007. Rappelons que le volet culturel de ce plan entraînera, à terme, des investissements de 1,1 milliard de dollars jusqu’en 2013. Grâce à la participation des partenaires, il devrait générer des investissements globaux évalués à plus de 2 milliards de dollars.

La culture, un levier qui stimule la création

En se dotant d'un Agenda 21 de la culture, le Québec marque un tournant en faisant de la culture un levier pour stimuler la création et l’esprit d’innovation dans une optique de développement durable. L’Agenda 21 de la culture du Québec établit les principes à respecter et les objectifs à réaliser pour faire de la culture une assise fondamentale de notre devenir, en complémentarité avec les dimensions sociale, économique et environnementale de la vie en société. Sa mise en œuvre passe par un engagement collectif décisif et s’incarne dans de multiples projets et initiatives qui cadrent avec les 21 objectifs inscrits dans l’appel à l’action qu’il contient à l’intention des personnes et des organisations participant à l’évolution d’une société québécoise progressiste et durable.

Toute personne ou toute organisation qui souhaite consulter l’Agenda 21 de la culture du Québec et signer la Charte d’engagement peut le faire sur le site Web, au www.agenda21c.gouv.qc.ca.

– 30 –

Haut de page