Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués - Bas-Saint-Laurent

Mise en valeur d’un événement historique
Le ministre Luc Fortin annonce la désignation de la réalisation du documentaire Pour la suite du monde

Québec, le 4 juin 2017. – Œuvre phare du cinéma documentaire et du cinéma direct à l’échelle mondiale, le film Pour la suite du monde voit sa réalisation désignée à titre d’événement historique en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Ce geste significatif contribuera à entretenir sa place dans la mémoire collective et à favoriser une meilleure connaissance de l’histoire du Québec.

Le ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, M. Luc Fortin, procède à cette annonce aujourd’hui, à l’occasion du Gala Québec cinéma.

Citations :

« Je suis fier de voir cette œuvre emblématique du cinéma direct s’inscrire officiellement dans notre mémoire collective. Même après 50 ans, Pour la suite du monde, considéré comme l’un des films fondateurs de notre répertoire national, continue d’inspirer nos cinéastes et le Québec. Par ce geste, nous renforçons un lien essentiel entre notre collectivité, son histoire et ses traditions. Je remercie l’Observatoire du documentaire, qui est à l’origine de la démarche ayant mené à cette désignation. »

Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française

« Notre idée, avec cette démarche symbolique qui consacre le rapport singulier et spécifique que les Québécois entretiennent avec la cinématographie documentaire, était aussi d’en assurer le prolongement. C’est pour nous le premier pas… de la suite du documentaire québécois! »

Hugo Latulippe, président de l’Observatoire du documentaire. 

Faits saillants :

  • Le documentaire Pour la suite du monde a été tourné à L’Isle-aux-Coudres. Produit en 1962 par la section montréalaise de l’Office national du film du Canada, il a été réalisé par Pierre Perreault et Michel Brault, avec la collaboration notable de Marcel Carrière (son), de Bernard Gosselin (caméra), de Werner Nold (montage) et de Fernand Dansereau (production).
  • Fernand Dansereau et Marcel Carrière sont récipiendaires d’un prix du Québec pour l’ensemble de leur œuvre et de leur carrière dans le domaine du cinéma. Ils ont en effet reçu le prix Albert-Tessier, respectivement en 2005 et en 2011.
  • En raison de l’approche poétique et ethnographique adoptée par les cinéastes et de l’usage qu’ils font de techniques innovantes (caméra à l’épaule, éclairage naturel, son synchrone, rapport renouvelé au sujet filmé), la réalisation du film Pour la suite du monde constitue un moment charnière dans l’histoire du documentaire québécois et dans l’émergence d’un cinéma national au Québec.
  • Pour la suite du monde a été le premier long métrage québécois et canadien à être présenté en compétition officielle au Festival de Cannes, en 1963. Cette année-là, il a également été présenté au Festival international du film de Montréal. Le documentaire a remporté le prix du Meilleur film de l’année au Palmarès du film canadien en 1964.

Liens connexes :

– 30 –

Haut de page