Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Signature officielle de la première convention de coopération
pour le développement des métiers d’art entre le Québec et la France

Signature officielle de la première convention de coopération

Photo : Philippe Hébert

Québec, le 31 juillet 2000 - La ministre de la Culture et des Communications, Mme Agnès Maltais, et la secrétaire d'État aux Petites et Moyennes Entreprises, au Commerce, à l'Artisanat et à la Consommation de la République française, Mme Marylise Lebranchu, ont signé aujourd’hui la toute première convention de coopération pour le développement des métiers d'art entre le Québec et la France. S’inscrivant dans le cadre de l’Entente sur la coopération culturelle entre les gouvernements du Québec et de la République française du 24 novembre 1965, la convention vise notamment à créer de nouvelles ouvertures pour les secteurs français et québécois des métiers d’art, tout en favorisant les échanges entre artisans et artisanes des deux pays.

«Elle indique aussi que nous souhaitons fortifier davantage l’apport déjà très appréciable des métiers d’art à nos économies. Les professions culturelles dont ils font partie constituent en effet l’une des premières industries nationales, tant chez nos amis français qu’au Québec», a déclaré la ministre Maltais.

« Le Québec partage avec la France la chance d’avoir dans son pays un large éventail de savoir-faire de haute qualité. Les métiers d’art conjuguent intelligence créative et innovation. Les artisans ont besoin de leurs gouvernements pour développer, grâce aux innovations et transferts de technologies, leur créativité. L’échange entre nos deux pays permettra d’enrichir l’un de l’autre et facilitera la présence des artisans québécois et français dans les grands salons internationaux », a précisé la ministre Lebranchu.

La convention qui entre en vigueur aujourd’hui, d’une durée d’un an, s’articule autour d’objectifs précis, soit:

  • d’encourager la promotion et la mise en marché des métiers d’art, entre autres par le renforcement de la présence des entreprises de métiers d’art françaises et québécoises dans les salons professionnels ou grand public;
  • de faciliter la formation et le perfectionnement des jeunes, des professionnels et des formateurs;
  • d’accentuer le partenariat entre les organisations professionnelles des métiers d’art et d’assurer le partage d’expertise.

Précisons que la Société de développement des entreprises culturelles du Québec agira comme maître d’oeuvre de la convention, en collaboration avec le Ministère de la Culture et des Communications, le Conseil des arts et des lettres et le Conseil des métiers d'art, pour le Québec, et, pour la France, la direction des Entreprises du Secrétariat d’État et la Société d’Encouragement aux Métiers d’Art. Quant à l’importance accordée dans la convention aux volets Formation et Perfectionnement, notamment, qui concernent plus particulièrement la relève, la ministre Maltais a précisé que: «Les jeunes artisanes et artisans tiennent l’avenir des métiers d’art entre leurs mains adroites. Leur offrir des moyens de se réaliser dans un métier créatif équivaut à leur transmettre un précieux héritage».

Sources :

    Hélène Bernier
    Cabinet de la ministre de la Culture
    et des Communications
    Tél. : 418 643-2110

    Philippe Chain,
    Cabinet de la secrétaire d'État aux Petites
    et Moyennes Entreprises, au Commerce,
    à l'Artisanat et à la Consommation de la République française
    (portable): 011-33-6-80-84-58-79

    Informations :

    Jocelyne Bouchard
    Sodec
    Tél. : 514 841-2200

    Haut de page