Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Rencontre du Réseau international sur la Politique culturelle 

Québec convainc les participants de l’urgence
de protéger la diversité culturelle

SANTORIN, le 28 septembre 2000 - La ministre de la Culture et des Communications et députée de Taschererau, Mme Agnès Maltais, est heureuse des résultats de la 3e Rencontre du Réseau international sur la politique culturelle (RIPC) qui vient de se terminer à Santorin, en Grèce.

La clôture des travaux reflète la position du gouvernement du Québec qui appelle à l’élaboration d’un instrument international de protection de la diversité culturelle.

Il y a un an, cette position avait été présentée par Mme Maltais lors de la 2e Rencontre du RIPC, au Mexique. Le Québec y avait été le seul participant à se prononcer en faveur de cette option. Cette fois-ci la Ministre est heureuse d’annoncer que le RIPC en a fait une de ses orientations principales. Cet appui à l’idée d’un instrument international constitue une étape très importante vers son élaboration en bonne et due forme.

La vigilance s’impose toutefois, selon la ministre Maltais, car il faut s’assurer que cet outil, quelle que soit sa forme définitive, permette l’établissement de règles spécifiques pour la culture, différentes de celles qui gouvernent le commerce international.

Rappelons qu’hier la Ministre a proposé au Réseau la participation active du Québec avec toute son expertise, pour ce travail. Elle a aussi soulevé l’idée d’un forum international sur la diversité culturelle qui regrouperait, outre le Réseau, d'autres instances et organisations internationales sensibles à cette question. Entre autres: l’UNESCO, la Banque mondiale, l’Agence de la Francophonie, le Conseil de l’Europe, la Banque interaméricaine de développement, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et le Conseil économique et social de l’ONU.

Enfin, la ministre Maltais a tenu à préciser que « l’enjeu de la diversité culturelle revêt une importance telle que le Québec a choisi d’additionner sa voix à celle du Canada. Il est plus que temps cependant que le Canada reconnaisse officiellement le rôle majeur que joue le Québec dans ce débat et qu’il lui accorde officiellement une chaise à la table des discussions, soit une place pleine et entière, celle d’une nation dont la spécificité culturelle ne fait aucun doute ».

Source :

Lise Guérin
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de la Culture et des Communications
Tél.: 418 380-2310

Haut de page