Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Inauguration par l'UNESCO des bureaux de son Institut de statistique

LA MINISTRE DIANE LEMIEUX SALUE LA VENUE À MONTRÉAL D'UN ORGANISME QUI AIDERA LES GOUVERNEMENTS À FAÇONNER LEURS POLITIQUES EN MATIÈRE D'ÉDUCATION, DE CULTURE ET DE COMMUNICATIONS 

Montréal, le 30 novembre 2001 - En participant, au nom du gouvernement du Québec, à l'inauguration des bureaux de l'Institut de statistique de l'UNESCO, la ministre d'État à la Culture et aux Communications, Mme Diane Lemieux, a salué la venue à Montréal d'un organisme qui aidera les gouvernements à façonner leurs politiques, notamment en matière d’éducation, de culture et de communications. 

Ravie de l'arrivée de l'Institut de statistique de l'UNESCO dans la métropole et plus particulièrement à l'Université de Montréal, Madame Lemieux a tenu à féliciter le directeur général de l'UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, pour la décision prise le 25 mai 2000 à Paris. « Notre vibrante métropole, ville ouverte sur le monde, ville d'immigration, ville d'innovation et de culture, s'enorgueillit d'être, avec New York et Washington, la seule ville hôte, en Amérique du Nord, d'une institution des Nations Unies », a déclaré la ministre d’État. 

La quarantaine d'employés de l’Institut de statistique de l’UNESCO (58 en 2003), dirigés par madame Denise Lievesley, pourra compter sur un important bassin de professionnels, de chercheurs et d’organisations de haut niveau avec lesquels collaborer, que ce soit dans la métropole ou dans le Québec tout entier.  

« Éducation, sciences, culture, voilà la substance de l’UNESCO. Voilà autant de domaines pour lesquels l'utilisation de l'outil statistique est essentiel », a indiqué la ministre Lemieux. Le gouvernement du Québec, tout comme l’UNESCO, a pris acte de cette réalité : en 1998, il créait l’institut de statistique du Québec (ISQ), qui regroupait sous un même toit quatre entités incluant le Bureau de la statistique du Québec, dont on fêtait récemment le 75ième anniversaire. Puis, en 2000, l’Observatoire de la culture et des communications est créé, en étroite collaboration avec l'ISQ

Pour le gouvernement du Québec, le rôle de l'Institut de statistique de l'UNESCO sera complémentaire à celui exercé par l'Institut de statistique du Québec et l'Observatoire de la culture et des communications. Grâce à l'observatoire, il sera désormais possible d'obtenir un portrait complet de la réalité culturelle et d'en suivre l'évolution. « J'en appelle donc à une collaboration riche et fructueuse entre l'Observatoire et l'Institut de statistique de l'UNESCO. Nous avons déjà un projet commun : nous préparons ensemble un colloque international, qui aura lieu l'an prochain, ici à Montréal. On y accordera une importance toute particulière au transfert d'expertise vers les pays dont l'appareil statistique est moins développé » a poursuivi la ministre Lemieux. 

L'arrivée de l'Institut de statistique de l'UNESCO à Montréal témoigne non seulement de l'intérêt grandissant du Québec pour le vaste domaine des sciences, de la culture et des communications, mais de l'attention toute particulière qu'il porte également au rayonnement international du Québec et de sa métropole. D'ailleurs, le gouvernement du Québec accordera, en dix ans, une contribution financière de 3,3 millions $, dont 1,8 million $ dès cette année, dans le but de faciliter l’intégration de l’Institut et de contribuer à son développement. Les retombées sont quant à elles estimées à environ 100 millions $ sur dix ans. 

L'Institut de statistique de l’UNESCO joint les rangs de plus de 70 organisations internationales, dont cinq gouvernementales, qui ont pignon sur rue dans la Métropole.  

Source :

Marjolaine Perreault
Attachée de presse
Cabinet de la ministre d’État à la
Culture et des Communications
Tél. : 418 380-2310

Pour renseignements :

Michel Labonté
Direction des Affaires métropolitaines
Ministère des Relations internationales
Tél. : 514 873-6708

Haut de page