Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Le Centre de démonstration en sciences physiques

Un engagement du Sommet sur l'économie

Québec, le 27 mars 1997 - La ministre de la Culture et des Communications, madame Louise Beaudoin, est fière de s'associer aux divers partenaires qui ont rendu possible la mise sur pied du Centre de démonstration en sciences physiques, une initiative du Cégep François-Xavier-Garneau. Ce projet de plus de 1 M $ viendra doter la grande région de Québec d'un important centre de science.

La physique comme discipline scientifique se trouve très peu couverte actuellement par les institutions muséales québécoises. Pour madame Beaudoin «les questions d'ordre scientifique prenant de plus en plus de place dans nos vies, tant sur les plans culturel et social qu'économique, il importe que le Québec favorise le resserrement des liens entre sciences, technologie et culture». En effet, le rythme d'expansion et le morcellement du savoir ont, entre autres conséquences, celle de rendre les sciences de plus en plus difficiles à appréhender pour la population, qui doit pourtant s'adapter aux transformations qu'elle exige de plus en plus.

La ministre a tenu à souligner que «dans cette perspective, le développement de la culture scientifique et technique vise à favoriser l'accès du plus grand nombre aux connaissances scientifiques et techniques. Il permet de jeter des passerelles entre l'univers clos de la communauté scientifique et le public plus large qui lui fournit son appui. Le développement de la culture scientifique et technique poursuit un objectif de démocratisation et d'appropriation du savoir.»

Madame Beaudoin a également annoncé que d'ici la fin de l'année 1997, elle entend rendre publics les orientations et un plan d'action du Ministère en matière de culture scientifique et technique, «Une des grandes pistes d'action retenues, a-t-elle ajouté, est le développement de la muséologie scientifique et technique. En soutenant ce projet de Centre de démonstration en sciences physiques par une subvention de 281 200 $, nous faisons un pas de plus dans cette direction.»

Enfin, rappelons que ce projet a été retenu parmi les priorités du Sommet sur l'économie et l'emploi. D'abord parce qu'il permettra le développement d'une expertise québécoise facilement exportable tout en mettant à la disposition des publics des outils performants de diffusion de la culture scientifique et technique.

Haut de page