Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Les ministres Beaudoin et Douste-Blazy s'entendent pour revoir les accords de coproduction audiovisuelle.

Québec, le 8 avril 1997 - La ministre de la Culture et des Communications, madame Louise Beaudoin, se réjouit des résultats de la visite officielle du ministre de la Culture de la République française, monsieur Philippe Douste-Blazy, dans le cadre du premier Festival du cinéma français à Québec. Comme suite à la rencontre des professionnels français et québécois, les deux ministres ont ainsi convenu de revoir les accords de coproduction audiovisuelle, de faire du Festival du cinéma français à Québec un événement annuel et de soutenir les initiatives du milieu québécois du cinéma pour développer une réciprocité en France pour faire la promotion et la diffusion du cinéma québécois.

«Les accords de coproduction existent depuis plus de 20 ans. Ils ont eu pour effet de favoriser des collaborations entre nos deux pays, mais aujourd'hui, force est de constater que les enjeux du marché exigent des ajustements importants notamment sur le plan de la diffusion», a déclaré la ministre.

Les accords de coproduction seront modifiés. A cet égard, les exigences de l'apport financier du partenaire minoritaire passeront de 20 % à 10 % du financement total, ce qui aura pour effet d'augmenter le nombre de coproductions entre la France et le Québec. De plus, les ententes prévoiront des mécanismes de réciprocité dans la distribution sur les deux marchés.

Par ailleurs, la ministre de la Culture et des Communications a invité les professionnels québécois à développer des initiatives permettant à notre cinéma d'être mieux connu en France. «Les professionnels français ont ouvert aujourd'hui une porte sur leur marché en nous offrant des structures d'accueil pour faire la promotion de notre cinématographie. J'invite le milieu du cinéma québécois à profiter de cette occasion pour développer un concept qui correspondra à ses besoins. Le gouvernement, par l'intermédiaire de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), appuiera leur démarche».

Haut de page