Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

« Gaston Miron portait en lui une partie de l'âme de notre peuple »

Louise Beaudoin

MONTRÉAL, le 14 décembre 1996 - Au nom du gouvernement du Québec, la ministre de la Culture et des Communications, Louise Beaudoin, a réagi en ces mots à l'annonce du décès du poète Gaston Miron.

«Gaston Miron portait en lui une partie de l'âme de notre peuple.» De toutes les luttes sociales qui ont secoué le Québec des années 50, 60 et 70, farouchement enraciné dans ce pays qu'il a profondément aimé, Gaston Miron a été un ardent défenseur de la langue française et un fervent ambassadeur de la littérature québécoise.

Sa vie et son oeuvre sont un vibrant témoignage en faveur de la liberté, celle de la parole et du pays. La disparition de l'auteur de «l'Homme rapaillé» laissera un vide immense, non seulement dans le milieu littéraire et celui de l'édition, mais également auprès de générations de Québécoises et de Québécois qu'il a touchés par sa foi immuable et par la puissance de son verbe. Malgré les revers et les déceptions, toujours habitée par l'espoir, la vie de Gaston Miron fut une quête incessante et passionnée ; celle d'un être authentique, soudé à la Terre Québec.

Nous garderons de lui le souvenir d'un homme qui a tenu son rêve à bout de bras et à bout de mots.

Le Québec vous salue, Gaston Miron.

Au nom du gouvernement du Québec, la ministre Beaudoin désire offrir toutes ses condoléances à la famille ainsi qu'à tous ceux et toutes celles qui auront connu et aimé Gaston Miron.

Haut de page