Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

MESSAGE DE SYMPATHIE DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC À L’OCCASION DU DÉCÈS DU POÈTE, ÉCRIVAIN ET CHANTEUR GEORGES DOR 

Québec, le 24 juillet 2001 – À l’annonce du décès de Georges Dor, la ministre d’État à la Culture et aux Communications et ministre responsable de la Charte de la langue française, Mme Diane Lemieux, au nom du gouvernement québécois, a exprimé sa profonde tristesse devant la disparition de celui qui, avec ses chansons, ses pièces de théâtre, ses téléromans, ses ouvrages et ses prises de position, a marqué de façon inoubliable la vie culturelle québécoise. 

«Georges Dor faisait partie de ces hommes qui savent tirer toute la poésie de la vie quotidienne. Démocrate jusqu’au fond des tripes, il aimait dépeindre l’honnêteté et les valeurs solides des gens modestes et savait comme nul autre extraire la beauté cachée des choses simples, ” a dit Mme Lemieux. “ Avec cette authenticité et cette sincérité qui lui étaient naturelles, il a conquis nos cœurs de la façon la plus désarmante : en laissant parler son coeur. » 

La ministre Lemieux a rappelé que Georges Dor a connu la vie d’ouvrier d’usine et de travailleur exilé dans les chantiers du nord avant de percer dans les communications, puis dans la chanson. À la fin des années 1950, il a entrepris une carrière radiophonique, devenant rédacteur puis annonceur à Radio-Canada, mais c’est véritablement une chanson, La complainte de la Manic, qui lui a valu sa renommée. Cette lettre d’amour chantée d’un bâtisseur de barrages a remporté le troisième prix au Festival international de la chanson de Sopot, en 1967, en Pologne. «Aujourd’hui encore, des Québécoises et des Québécois de toutes générations fredonnent avec émotion : Cent fois, cent fois, c’est pas beaucoup pour ceux qui s’aiment », a ajouté Mme Lemieux.  

«Georges Dor est resté jusqu’au bout un grand défenseur de la culture québécoise et de la langue française. Il laissera le souvenir d’un homme d’une grande sensibilité qui aimait son pays et ses proches avec passion. Il avait cette soif d’absolu qui est la marque des hommes libres. Nous l’aimions et il nous le rendait à sa façon, avec des mots simples et sublimes. Avec les plus belles chansons», a conclu la ministre Lemieux. 

Mme Lemieux a tenu à offrir ses plus sincères condoléances à la famille de Georges Dor. 

Source :  

Marjolaine Perreault
Attachée de presse
Cabinet de la ministre d’État à la Culture et aux Communications
Tél. : 418 380-2310

Haut de page