Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Le processus de création des chorégraphies en direct grâce à des résidences de danseurs

Québec, le 10 mars 2015. – L'exposition Corps rebelles au Musée de la civilisation de Québec ne pouvait être véritablement complète sans y inclure la démonstration du considérable processus de création de chorégraphies. Ainsi, tout au long de la durée de l'exposition, se succèderont une dizaine de compagnies de danse professionnelles dans un studio, intégré à la salle d'exposition, où le public pourra apprécier diverses étapes menant au produit final. Le coup d’envoi sera donné, dès le 11 mars, par Harold Rhéaume et Le fils d’Adrien Danse.

Ces résidences publiques de production et de médiation bénéficient du soutien financier de l'Entente de développement culturel intervenue entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Québec ainsi que du soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ).

« Corps rebelles fait honneur à la danse contemporaine, un art façonné de prouesses, de fragments de grâce et de traits de génie, en permettant un accès privilégié au processus créatif des artistes de cette discipline. Je suis fière que l'Entente de développement culturel permette des initiatives telles que cette exposition qui favorise la démocratisation de la poésie du mouvement », a mentionné la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Mme Hélène David.

« Les résidences offriront au public une expérience immersive qui lui permettra de découvrir et de participer au processus de création de la danse contemporaine, a déclaré le maire de Québec, M. Régis Labeaume. C'est une occasion unique d'assister au travail de ces maîtres du langage du corps, et j'invite les citoyens et les touristes à y participer en grand nombre. »

De son côté, le président directeur-général du CALQ, M. Stéphan La Roche, a indiqué que « l'originalité et l'excellence de la danse québécoise sont reconnues mondialement. Je salue cette initiative du Musée de la civilisation de vouloir ainsi mieux la faire connaître et rayonner. Les visiteurs auront la chance de rencontrer et d'observer, de façon sensible, la grande créativité de chorégraphes et danseurs québécois. Le CALQ est fier de participer à cette exposition en soutenant les projets de création in situ d’Emmanuel Jouthe et de Lucie Grégoire.

Par ailleurs, cet emballant projet étant l'occasion de découvrir les façons de faire de troupes internationales, le Consulat général de France, à Québec, facilitera la venue de deux grands danseurs soit Shantala Shivalingappa et Thierry Thieu Niang, du 24 au 27 septembre prochains. « Deux artistes français emblématiques de la création artistique contemporaine ayant travaillé avec les plus grands et n'ayant de cesse de questionner les formes et de rapprocher les deux univers que sont le théâtre et la danse. Deux belles rencontres à venir pour le public québécois. » comme le mentionnait judicieusement le Consul général, M. Nicolas Chibaeff.

Dates des résidences de chorégraphes confirmées

  • Du 10 au 15 mars et 2 au 7 juin — Le fils d’Adrien Danse (Québec)
  • Du 14 au 19 avril et 21 au 26 avril — Code Universel et théâtre du Gros Mécano (Québec)
  • Du 28 avril au 3 mai et du 5 au 10 mai — Danse K par K (Québec)
  • Du 12 au 17 mai — Mikaël Montminy (Québec)
  • Du 9 au 14 juin — Geneviève Duong (Québec)
  • Du 7 au 12 et 14 au 19 juillet — Annie Gagnon (Québec)
  • Du 28 juillet au 2 août — Andrea De Keijzer (Montréal)
  • Du 11 au 16 août — Collectif CRue (Québec)
  • Du 18 au 23 août — Collectif CRue (Québec), projet extérieur
  • Du 10 au 15 novembre — Danse Carpe Diem, (Montréal)

* La compagnie montréalaise de Lucie Grégoire envisage d’être en résidence du 23 au 28 juin, mais la date demeure à confirmer.

À moins d’avis contraire, les résidences ont lieu du mardi au dimanche et accessibles au public de 13 h à 16 h 3 0. Une occasion parfaite pour échanger avec les artistes.

- 30 -

Haut de page