Partager Partager Imprimer la page.  

Les artistes à l'école


Montérégie

Une école accueille un artiste ou un écrivain.

Emmanuel Laflamme

Arts visuels
Collage

Présentation


Crédit photo: Galerie Station 16

Emmanuel Laflamme est né à Montréal en 1984. Artiste autodidacte, il étudie la peinture, l’animation, l’anatomie, la sculpture et le théâtre dans plusieurs livres et en assistant à des ateliers libres de modèle vivant. Depuis 10 ans, il travaille comme designer de dessins animés en plus de collaborer à des projets de publicité, de cinéma et de jeux vidéo.

C’est en recherchant un mode de création plus efficace qu’il découvre l’art numérique et le photomontage. Dès lors, il commence à s’approprier des œuvres classiques qu’il détourne pour s’exprimer sur la surconsommation, la technologie et l’histoire de l’art. Il consume avec humour l’imagerie populaire et crée des scènes qui font sourire et réfléchir. À l’image des surréalistes, il conçoit des représentations dont l’impossibilité manifeste capte l’attention du spectateur. Il crée ses œuvres un peu comme un publicitaire qui n’aurait rien à vendre. Conjuguant les références culturelles, il détourne les mythes anciens et modernes pour nous servir son regard sur le monde, à la fois tendre et critique. Cette série d’images suscite beaucoup de réactions en ligne et certaines deviennent virales; l’une d’elles est entre autres attribuée, par erreur, à l’artiste Banksy.

À partir de 2011, il participe à plusieurs expositions collectives au Canada, aux États-Unis et en Europe, où il présente des toiles, des œuvres interactives et des installations inspirées de ses créations numériques. Parmi celles-ci, on trouve un grand jeu de fléchettes ayant pour cible la tête de Mickey Mouse, sur lequel le public était invité à tirer. Il est sélectionné pour une résidence avec Agrégat en 2012, en plus de gagner le concours pan canadien Art Ici avec l’œuvre Hésychasme, représentant la vierge Marie jouant à la Nintendo DS. Il reçoit le troisième prix au Concours international d’arts visuels Juste pour rire en 2013, lors duquel il présente une performance intitulée JUST DO IT, où il crée devant public une paire de souliers NIKE édition sweatshop. En 2014, il investit une partie de la galerie Fresh Paint pour créer une installation politiquement chargée, intitulée Illumi-NATION, une pièce entièrement peinte aux couleurs du drapeau américain. Il participe à la 5e et à la 7e Foire d’art contemporain de Saint-Lambert, où il reçoit l’un des prix coups de cœur du public. Ses œuvres font partie de collections privées (Montréal, New York, San Francisco et Paris) et de collections corporatives (Colart, Cédarome et Majudia).

Approche et type d'activités proposées



Art OU Pub

Version courte (1 période)

Les élèves sont initiés au détournement et à l’appropriation d’images en faisant une activité de collage à partir de revues, de publicités et de découpures de journaux récupérées à la maison ou fournies par l’artiste. L’objectif de l’atelier est de sensibiliser les élèves aux messages véhiculés par la publicité et les médias, afin de reconnaître leur impact dans la perception qu’ils ont d’eux-mêmes et du monde qui les entoure.

L’atelier débute par une présentation du travail de l’artiste, quelques exemples d’appropriation en arts visuels et une brève histoire de la publicité afin de mettre les participants en contexte. Les élèves doivent ensuite choisir une image qui les interpelle particulièrement parmi les découpures qu’ils ont apportées. À l’endos du carton recyclé qui lui a été donné, chaque élève écrit pourquoi il a choisi cette image et ce qu’elle représente pour lui. Parmi les pistes à explorer : Quel est le message véhiculé? Qu’est-ce que cette image me fait ressentir? Est-ce que je me reconnais dans cette image? Quelle est l’intention de la personne qui a créé l’image? Qu’est-ce qui pourrait être modifié dans cette image pour qu’elle soit plus... réaliste / drôle / absurde / honnête / à mon image?

À partir de ce qui ressort des questions, les élèves choisissent une ou plusieurs découpures qu’ils ajoutent à la première afin d’en modifier le message. Le but est de s’approprier l’image initiale et de la mener dans la direction de son choix. Chaque niveau scolaire, mais surtout chaque élève obtient des résultats différents qui vont de pair avec ses préoccupations et son niveau d’analyse. 

L’avantage avec le collage est qu’il ne nécessite qu’un minimum d’habiletés manuelles, contrairement au dessin ou à la peinture. Les qualités esthétiques des œuvres sont celles des images choisies, peu importe le talent de chacun. C’est par les juxtapositions d’images et le message livré par celles-ci que chaque élève se démarque.

Le secondaire étant une période charnière dans la quête identitaire, l’atelier vise à outiller les élèves en leur permettant de devenir plus conscients des messages véhiculés par les images dont ils sont bombardés chaque jour. Cet exercice d’appropriation et de détournement est aussi une initiation concrète à la démarche artistique de l’artiste, puisque sa pratique consiste principalement à modifier des œuvres connues et à détourner des symboles pour faire passer des messages personnels et des critiques sociales.

Art OU Pub II

Version longue (deux périodes ou plus)

La première période est identique à la version courte de l’atelier. La deuxième période est la présentation des créations devant la classe. Chaque collage a été pris en photo et est projeté à l’écran pour que les élèves puissent les voir. Sans savoir qui est l’auteur ni quel est le message exact, les élèves s’expriment à tour de rôle sur ce qu’ils perçoivent dans l’œuvre, dans une ambiance respectueuse et constructive. S’il le désire, l’auteur peut ensuite prendre la parole pour expliquer son collage. Plusieurs prolongements de l’activité peuvent être faits pour rejoindre différentes notions, dont l’organisation d’une exposition, la rédaction d’un texte explicatif, un atelier de création collective, etc.


Conditions particulières

Les élèves apportent des publicités, des découpures de revues et de journaux récupérés à la maison. Pour la version longue de l’atelier, un projecteur et un ordinateur sont nécessaires afin de présenter les créations des élèves.

Découpures de magazines, journaux, publicités, ciseaux et colle

L’artiste fournit des cartons recyclés de format 9 x 12 po sur lesquels les élèves font leur collage.


Pour information


Téléphone : 514-575-1480
Courriel : info@emmanuellaflamme.com

Personne assujettie aux taxes (TPS, TVQ)

Non

Offert aux classes

1er secondaire, 2e secondaire, 3e secondaire, 4e secondaire, 5e secondaire

Offert dans les régions

Autre(s) langue(s)

Français, anglais

Haut de page