Partager Partager Imprimer la page.  

Les artistes à l'école


Montréal

Une école accueille un artiste ou un écrivain.

Karine Fournier

Arts visuels
Tricot-graffiti

Présentation


Karine Fournier

Après un baccalauréat en arts visuels et six ans de travail en design de toutous en peluche, Karine Fournier a réalisé, en 2009, une résidence d’artiste en Estonie où elle a eu la piqûre de l’installation textile. De retour à Montréal, elle a fait des recherches sur la façon de laisser sa trace dans la ville en tant qu’artiste et citoyenne. C’est ainsi qu’elle a découvert le yarnbombing, ou tricot-graffiti, qui consiste à recouvrir de laine le mobilier urbain dans le but de se réapproprier l’espace public et d’apporter un peu de joie dans la vie des gens. Après un an de pratique en solo, elle a fondé le collectif Les Ville-Laines, qui a été actif durant trois ans à Montréal et ailleurs au Québec. Le collectif a donné des ateliers dans les écoles, les bibliothèques, les centres communautaires, s’est impliqué dans des causes tant sociales que politiques, et a aussi exposé en galerie.

Depuis 2015, Karine est mentore pour le projet Passeurs de rêves chapeauté par Culture pour tous, qui permet aux écoles secondaires d’accueillir un artiste afin de créer un projet rassembleur. Elle a également occupé le poste de médiatrice culturelle à l’arrondissement de Verdun en 2015-2016.

Elle poursuit actuellement une maîtrise en arts visuels. Sa pratique en installation prône l’usage indiscipliné (sans machine à coudre ni patron) des textiles de manière intuitive. Elle utilise des tissus recyclés et de la laine pour créer un environnement abstrait par le foisonnement de formes organiques abordant le thème de l’intime. Sa pratique met en œuvre un cumul de petits gestes non prémédités dans l’esprit de l’art informel, selon lequel l’acte de créer devient un acte médiumnique.

Approche et type d'activités proposées



Tricot-graffiti

Pour mener à bien un projet de tricot-graffiti, il faut habituellement trois rencontres, espacées de quelques semaines les unes des autres, car le tricot est un long processus. La première rencontre consiste à expliquer et à donner des exemples de ce qu’est le tricot-graffiti, et à donner l’occasion à l’artiste de se présenter.

Pour débuter, les élèves apprennent le point mousse, le point de base en tricot. Le but est que chaque élève produise au minimum un carré de 30 cm x 30 cm. Les élèves sont encouragés à continuer de tricoter dans leurs temps libres.

Lors de la deuxième rencontre, l’artiste évalue la quantité de carrés de tricot amassés, avant de poursuivre de plus belle. D’autres techniques sont aussi enseignées, telles que le tricot sur les doigts et la fabrication de pompons. L’artiste est là pour répondre aux questions.

À la troisième rencontre, l’assemblage de tous les bouts tricotés commence pour former le tricot-graffiti, et l’artiste s’occupe ensuite de l’installer sur le mobilier choisi à l’extérieur ou à l’intérieur (arbre, poteau, colonne, etc.).

Il est également possible de faire un projet ponctuel d’une seule rencontre. Le tricot sur les doigts et la fabrication de pompons sont alors privilégiés.


Conditions particulières

Matériel non réutilisable

Laine


Pour information


Téléphone : 514-266-9152
Courriel : pucealagonie@gmail.com

Personne assujettie aux taxes (TPS, TVQ)

Non

Offert aux classes

5e primaire, 6e primaire, Adaptation scolaire (secondaire), 1er secondaire, 2e secondaire, 3e secondaire, 4e secondaire, 5e secondaire

Offert dans les régions

Montréal, Laval

Autre(s) langue(s)

Français, anglais

Haut de page