Partager Partager Imprimer la page.  

Les artistes à l'école


Montréal

Une école accueille un artiste ou un écrivain.

Nadine Walsh

Arts de la scène
Conte

Présentation

Nadine Walsh

Nadine Walsh obtient un baccalauréat en art dramatique de l'Université du Québec à Montréal en 1999, complétant ainsi une longue formation en danse, marionnette, mime et jeu masqué. Elle participe par la suite à plusieurs spectacles comme directrice artistique, metteure en scène, comédienne et animatrice avec la Compagnie Médiévale, acquérant ainsi une solide expérience en création et en animation d'ateliers. L'année 2003 marque une étape importante pour l'artiste puisqu'elle signe plusieurs créations de spectacles en France et au Québec. Depuis, cette conteuse professionnelle présente son répertoire au Québec, en Europe ainsi qu'en Afrique. À travers ses histoires, Nadine Walsh fouille la mémoire de ceux qui l'ont précédée afin de la garder bien vivante.

Approche et type d'activités proposées


Sur les traces de Ojé-Maskwa

Le conte permet à l'artiste de transmettre une mémoire, de voyager sur la planète et dans le temps. Il aide à comprendre l'Homme, sa pensée, ses peurs, ses forces et ses faiblesses. Bref, le conte fait grandir. Par le biais de son spectacle Sur les traces de Ojé-Maskwa, l'animatrice s'intéresse à la culture des Algonquins et à la vie des ours noirs. Lors de l'atelier, suite à la présentation du conte, elle invite les jeunes à partager le fruit de ses recherches à l'aide d'images et d'anecdotes. La rencontre fournit aux jeunes des outils pour les amener à comprendre ce qu'un conte peut transmettre : une leçon de survie, une valeur, de l'information historique, une mise en garde, etc. En plus d'être initiés aux cultures autochtones, les participants seront en mesure de s'approprier un conte en y ajoutant des éléments personnels.

Exemples d'activités

Initiation aux cultures amérindiennes

L'histoire de Ojé-Maskwa raconte comment sont nés les premiers Algonquins : d'une mère ourse et du fils du Grand Manito. À l'aide d'images, les participants retracent le mode de vie des ours noirs et des Algonquins avant l'arrivée des Européens : habitat, langue, nourriture, transports, légendes, etc. Puis, les jeunes réalisent qu'ils utilisent, encore aujourd'hui, des mots autochtones presque quotidiennement : Québec, Canada, Hochelaga… Avec la définition de ces mots, il devient possible de créer d'autres histoires : J'ai cueilli des Escoumins (baies) pour les donner à un Amqui (ami)…

Création d'un conte à partir d'une anecdote racontée par un proche

Cette activité se réalise en plusieurs rencontres.

  • 1re : « racontage » et cueillette des anecdotes auprès d'un proche (grands-parents, père, mère, oncle, etc.)
  • 2e : écriture du conte
  • 3e : mise en bouche et fondements de la présence scénique
  • 4e : présentation


Comment interpréter un conte

Le conte utilise des images fortes qui frappent l'imaginaire pour se fixer dans notre mémoire. Suite à la présentation de quelques contes, l'artiste invite les élèves, par groupes de cinq, au jeu de la gamme. L'exercice consiste à exagérer l'image proposée par l'élève précédent. Par exemple : «Elle était tellement belle que... la nature rougissait sur son passage!». Les participants sont ensuite conviés au jeu de mémoire. Comme dans la tradition orale, deux volontaires viennent raconter une des histoires entendues au début de l'atelier. Ils sont libres de s'approprier le conte, de l'adapter, de le transformer et d'intégrer leurs images personnelles. Ces deux exercice sollicitent la spontanéité, l'imaginaire et la créativité.


Conditions particulières


Pour information

Nadine Walsh
Téléphone : 514 524-4573
Courriel : nawah@sympatico.ca

Personne assujettie aux taxes (TPS, TVQ)

Non

Offert aux classes

3e primaire, 4e primaire, 5e primaire, 6e primaire, 1er secondaire, 2e secondaire, 3e secondaire, 4e secondaire, 5e secondaire

Offert dans les régions

Toutes les régions

Haut de page