Partager Partager Imprimer la page.  

Les artistes à l'école


Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Philippe Patenaude

Arts de la scène
Musique

Présentation

Philippe Patenaude

Véritable touche-à-tout autodidacte, Philippe Patenaude aime aborder l'inédit, intégrant dans ses compositions divers sons et bruits puisés dans la nature ou à même son environnement immédiat. Ses compositions explorent les multiples possibilités que permet l'intégration de sons à la musique (eau, vague, sable, feuilles mortes, terre, bois, vent, valises, bouteille d'eau, bruits de foule, herbe, etc.). Multi-instrumentiste, auteur, compositeur et interprète autodidacte, il a également suivi diverses formations, notamment en musique et en sonorisation. Enregistrant et mixant ses propres chansons dans son studio-maison, l'artiste fait également partie du collectif Les Hameçons salés. L'organisme présente un conte musical théâtral intitulé Icitte asteure, dans lequel l'artiste intègre divers sons à l'histoire, jusqu'à les faire parler. Professeur de flûte traversière et de guitare et enseignant au cégep, Philippe Patenaude possède une grande expérience auprès des adolescents.

Approche et type d'activités proposées


Des sons autour de moi

L’artiste invite d’abord les élèves à trouver dans leur milieu de vie deux objets qui ne sont pas un instrument de musique courant mais qui émettent un son grave et un son aigu intéressant. Au cours de la rencontre, chacun présente sa trouvaille sonore puis en explique la provenance et la raison du choix. Le but de la rencontre est de construire une œuvre avec des sons et ensuite de l’enregistrer.


Exemples d’activités

1. Primaire

Introduction

  • Présentation de la démarche de l’artiste (notamment l’utilisation de sons provenant de divers objets).
  • Écoute d’extraits de musiques composées par l’artiste et qui intègrent des sons. Les élèves sont ensuite invités à trouver les objets utilisés.
  • Courte démonstration en classe des procédés d’enregistrement des sons.

Présentation

  • À tour de rôle, les élèves sont invités à venir au micro dire leur nom et faire une courte intervention à l’aide d’objets qu’ils auront préalablement apportés en classe. L’objectif est de faire découvrir à la classe les sons de chacun. Les élèves s’expriment ensuite sur les sons qu’ils ont aimés.

Deux sections

  • L’artiste fait un rappel de ce qu’est un son grave et un son aigu, puis détermine une section des graves et une section des aigus. Les élèves choisissent un objet, se placent dans la section qu’ils pensent être la bonne puis évaluent si chacun est au bon endroit.

Paysages sonores

  • L’artiste présente d’abord deux signes qu’il utilise pour la réalisation de l’ambiance sonore : le premier dynamique afin d’orienter les jeunes, l’autre pour désigner la section qui doit jouer.
  • Le paysage sonore consiste à superposer les sons les uns après les autres en commençant par les aigus. Lorsque tous les sons sont intégrés au paysage sonore, l’artiste joue avec les nuances et les sections à l’aide des signes présentés auparavant. Ce paysage sonore est enregistré.

Jouer simultanément sur le temps

  • Afin que les élèves jouent ensemble et de façon simultanée, l’artiste utilise une balle. Les participants doivent frapper un coup au moment précis où  la balle lâchée touche le sol.
  • L’exercice est enregistré afin que les jeunes puissent évaluer s’ils sont synchronisés ou non. S’il y a synchronisation, un seul son est entendu. Sinon, on remarque un décalage entre les sons.

La chanson de sons

  • L’artiste fait d’abord la démonstration d’un rythme très simple (« poom pa poompoom pa poom pa poompoom pa… »), que les jeunes sont invités à reproduire avec leur voix.
  • Les jeunes répètent ensuite ce rythme à l’aide de l’objet choisi. Les graves jouent les sons « poom » et les aigus jouent les sons « pa » (2e année et plus). L’exercice est enregistré afin que les jeunes puissent évaluer si leur rythme est bon et s’ils sont prêts pour l’enregistrement final.
  • La chanson est basée sur ce rythme, qui sera entrecoupé d’un solo pendant lequel l’élève est amené à faire ce qu’il veut avec ses objets. Il peut également chanter et danser s’il le désire. La chanson est enregistrée.

Conclusion

  • Les élèves sont invités à discuter de ce qu’ils ont apprécié et appris.
  • Un disque compact contenant le paysage sonore et la chanson de sons est remis à la classe à la fin de la rencontre.


2. Secondaire

Introduction

  • Présentation de la démarche de l’artiste (notamment l’utilisation de sons provenant de divers objets).
  • Écoute d’extraits de musiques composées par l’artiste et qui intègrent des sons. Les élèves sont ensuite invités à trouver les objets utilisés.
  • Courte démonstration en classe des procédés d’enregistrement des sons.

Deux sections

  • Les élèves choisissent un objet qu’ils aiment, se placent dans la section qu’ils pensent être la bonne (celle des sons graves ou celle des sons aigus), puis évaluent si chacun est au bon endroit.

Paysages sonores

  • L’objectif de l’exercice est de créer une ambiance sonore en trois parties. Dans la première, les jeunes enchaînent rapidement les sons les uns après les autres en commençant par les aigus et en finissant par les graves. Puis les participants se livrent à un échange de quatre coups entre les graves et les aigus. Enfin, un élève amorce un rythme ou un effet avec l’objet choisi, qu’un autre est invité à imiter. Cette séquence est reproduite par l’ensemble des élèves.
  • L’ambiance sonore est enregistrée. Par la suite, les élèves écoutent la séquence, expriment à quoi cette ambiance leur fait penser et discutent des sons qu’ils ont trouvés intéressants ou drôles.

Jouer en même temps sur le temps

  • Afin que les élèves jouent ensemble et de façon simultanée, l’artiste utilise une balle. Les participants doivent frapper un coup au moment précis où la balle lâchée touche le sol. Le groupe travaille en sections.
  • L’exercice est enregistré afin que les jeunes puissent évaluer s’ils sont synchronisés ou non. S’il y a synchronisation, un seul son est entendu. Sinon, on remarque un décalage entre les sons.

La chanson de sons

  • Un élève propose une série d’accords joués en boucle à la guitare, tandis que le reste du groupe est invité à imaginer une façon de l’accompagner.
  • L’artiste détermine environ quatre sections, les regroupe par timbre et leur indique le rythme qu’ils doivent jouer, chaque rythme étant complémentaire.
  • Les élèves sont ensuite conviés à une pratique, qui est enregistrée. En réécoutant l’enregistrement, le groupe évalue ce qui fonctionne ou non et apporte les ajustements nécessaires.
  • Lors de l’enregistrement final, une séquence est déterminée entre les différentes sections afin que la musique évolue (par exemple : la guitare seule commence, suivie des sons graves qui emboîtent le pas, etc.).
  • La pièce musicale est enregistrée.

Conclusion

  • Les élèves sont invités à discuter de ce qu’ils ont apprécié et appris.
  • Un disque compact contenant le paysage sonore et la chanson de sons est remis à la classe à la fin de la rencontre.

Conditions particulières

L’atelier nécessite du matériel d’enregistrement et de sonorisation ainsi que des disques compacts vierges, au coût de 30 $ (maximum de 100 $ par journée d’animation).


Pour information

Philippe Patenaude
Téléphone : 418 752-3326
Courriel : filoupat@hotmail.com

Personne assujettie aux taxes (TPS, TVQ)

Non

Offert aux classes

Toutes les classes

Offert dans les régions

Toutes les régions

Autre(s) langue(s)

Anglais

Haut de page