Partager Partager Imprimer la page.  

Les artistes à l'école


Montérégie

Ariane Labonté

Arts de la scène
Conte

Présentation

Ariane Labonté

Naturaliste et conteuse, Ariane Labonté fait depuis plus de quinze ans de l’animation auprès des jeunes. Elle a fondé deux troupes de théâtre pour enfants et s’est impliquée dans le domaine du théâtre d’intervention sociale. Métissant une formation en écologie, un DEC en musique, des cours de théâtre et de conte et un baccalauréat en création littéraire, elle présente aujourd’hui des contes à caractère social et écologique truffés de jeux langagiers riches, souvent comparés à ceux du personnage Sol. L’artiste s’est notamment produite au Sergent Recruteur, au Festival de conte De Bouche à Oreille et au festival Le Rendez-vous des grandes gueules, de Trois-Pistoles. Deux fois finaliste au concours de conte La Poule Noire et boursière du Conseil des Arts du Canada pour son spectacle Conte... est-ce ta terre?, Ariane Labonté offre aux jeunes oreilles un voyage à dos de mots, de la fleur au chapeau jusqu’à la fleur de peau.

Approche et type d'activités proposées



Avec son langage en gage d’engagement, l’artiste propose des histoires nées sous sa plume, dans l’espoir que celles-ci emportent les enfants au plus haut d’eux-mêmes. Dans ces contes, poésie, jeux de mots et préoccupations environnementales et sociales valsent à s’étourdir. La conteuse invite les élèves à jouer les funambules sur le fil de ses histoires et à apprécier le fait qu’ils font, eux aussi, partie de l’Histoire.

L’art, et en particulier le conte, est pour l’artiste un moyen privilégié d’offrir à la fois des idées et une expérience sensorielle stimulante. Elle s’amuse ainsi à semer des fleurs et à essaimer des idées afin que les jeunes recréent le monde, tout en se récréant. Les ateliers proposés ont pour objectifs principaux :

  • de stimuler l’imaginaire et d’autoriser le rêve en plongeant les jeunes au cœur d’un univers poétique inspirant;
  • de susciter une vive curiosité face à la magie et au ludisme des mots afin de tenter les rêveries;
  • de teinter les jeunes d’or et d’art;
  • d’amener les élèves vers une réflexion profonde sur l’environnement, la notion de conscience sociale ainsi que sur eux-mêmes.

Exemples d’activités

Écriture automatique sans censure (3e année du primaire à 5e secondaire)
Les jeunes sont invités à laisser aller leur plume. Les phrases les plus farfelues sont les bienvenues, celles qui contribuent à délier l’imaginaire et à faire tomber les barrières. Cette première étape peut prendre la forme d’un cadavre exquis. Puis, après la lecture de quelques exemples de textes, le groupe choisit certains éléments forts : une image, un personnage, un lieu, une rime. L’objectif n’est pas de créer un conte dans son entièreté, mais de sensibiliser l’élève à la force évocatrice des mots. Enfin, chaque participant choisit parmi ses propres éléments ceux qui lui plaisent le plus et rédige un texte.

Conte et botanique (5e année du primaire à 3e secondaire)
Un conte philosophique faisant mille et un « clins d’œillets » à l’anatomie de la fleur vient d’abord susciter chez les jeunes l’envie d’explorer le calembour et autres procédés littéraires. Après l’audition du conte, les élèves sont invités à dire les jeux de mots qu’ils ont pu observer. Par la suite, ils sont amenés à créer un bref épisode et à l’intégrer au récit entendu y ajoutant leurs propres trouvailles langagières.

Art langagier, art engagé? (3e à 5e secondaire)
Après la présentation d’un conte à caractère social utilisant abondamment les doubles sens, les métaphores et même des marionnettes, les jeunes sont invités à discuter de l’art comme moyen d’expression et comme outil de communication. Ils compareront « ce que fait le conte » (invite au ludisme, débride l’imaginaire, stimule la créativité) et « ce que dit le conte » (message porteur d’espoir, de défi, valeurs sous-jacentes). Après avoir comparé ces deux perspectives, les participants sont amenés à rédiger une brève œuvre (conte, récit, poésie, scat, rap) porteuse à la fois d’une idée et d’une sensation qu’ils auront choisies.

Variation sur le même conte (3e année du primaire à 5e secondaire)
Un conte est d’abord présenté aux jeunes afin qu’ils en définissent le canevas (situation initiale, quête, épreuves, dénouement). Ensuite, selon leur fantaisie, chacun est amené à donner une touche personnelle au conte en modifiant le lieu, l’époque, le personnage ou même le ton (inquiétant, humoristique, terroir, poétique). Les élèves expérimentent ainsi l’importance de la création par l’appropriation et l’interprétation d’un conte et constatent l’universalité de cet art sans cesse renouvelé. Certains seront invités à présenter leur nouveau conte devant le groupe.


Conditions particulières


Pour information

Ariane Labonté
Téléphone : 450 464-3578
Courriel : arigolade@yahoo.ca

Personne assujettie aux taxes (TPS, TVQ)

Non

Offert aux classes

3e primaire, 4e primaire, 5e primaire, 6e primaire, 1er secondaire, 2e secondaire, 3e secondaire, 4e secondaire, 5e secondaire

Offert dans les régions

Toutes les régions

Haut de page