Nous suivre sur Twitter. Suivez-nous sur Facebook. Abonnez-vous à la chaîne YouTube du Ministère. S'abonner à nos fils RSS.Imprimer la page. Agrandir la taille du texte.Réduire la taille du texte.

Communiqués

Aide financière de 20 M$ du gouvernement du Québec

Pauline Marois et Maka Kotto inaugurent la Maison-des-Marins

De gauche à droite : M. Jean-François Lisée, ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieure, ministre responsable de la région de Montréal, Mme Elaine Ayotte, responsable de la culture, du patrimoine et du design au Comité exécutif de la Ville de Montréal, M. Michael Applebaum, maire de Montréal, Mme Pauline Marois, première ministre du Québec, Mme Francine Lelièvre, directrice générale de Pointe-à-Callière, M. Maka Kotto, ministre de la Culture et des Communications, et M. Russell Goodman, président de la fondation Pointe-à-Callière.
Crédit photo : NH Photographes.

Montréal, le mercredi 6 mars 2013 – La première ministre du Québec, Pauline Marois, a inauguré aujourd'hui, en compagnie du ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, la Maison-des-Marins, le cinquième pavillon du Musée d'archéologie et d'histoire de Montréal, Pointe-à-Callière. L'événement a eu lieu en présence du maire de Montréal, Michael Applebaum, du président de la Fondation Pointe-à-Callière, Russell Goodman, et de la directrice générale du Musée, Francine Lelièvre.

« Le Québec est une terre d'accueil et Pointe-à-Callière en est une représentation éloquente. Le Musée est érigé sur le lieu de fondation de Montréal et conserve des témoignages de toutes les périodes depuis la préhistoire. On y trouve des traces de la présence autochtone, de l'arrivée des Européens et de l'édification de la nation québécoise. Le Musée présente une concentration de sites historiques remarquables d'une valeur patrimoniale exceptionnelle en Amérique du Nord. Ces lieux de mémoire témoignent de notre identité et de nos origines, et nous avons la responsabilité de les conserver et de les laisser en héritage à nos enfants et à nos petits-enfants. La Maison‑des-Marins offre aux Québécoises et aux Québécois un nouvel espace consacré à la découverte de notre fascinante histoire », a déclaré la première ministre.

La contribution totale du ministère de la Culture et des Communications pour la réhabilitation de la Maison-des-Marins et les fouilles archéologiques à place D'Youville Ouest s'élève à un peu plus de 20 M$. Outre des événements culturels et des grandes expositions temporaires, le nouveau pavillon accueillera, entre autres, des salles multifonctionnelles à la fine pointe de la technologie, la Boutique du Musée, la Fondation Pointe-à-Callière ainsi que les activités de l'atelier Archéo-aventure, lequel recrée dans un espace interactif un site de fouilles urbain à l'intention des jeunes. Les activités d'éducation et de diffusion de la programmation jeunesse, aussi bien que les événements et les expositions présentés, permettront d'attirer de nouveaux publics et d'augmenter la fréquentation de l'institution par toutes les clientèles cibles.

« Pointe-à-Callière est le plus grand musée d'archéologie au Québec et nous en sommes très fiers. Située au cœur du Vieux-Montréal, cette institution muséale exceptionnelle contribue à consolider Montréal comme métropole culturelle. Avec l'ouverture de la Maison-des-Marins, le Musée s'enrichit d'un cinquième pavillon qui lui permettra d'augmenter son offre culturelle et de proposer une vitrine encore plus élargie sur l'archéologie et l'histoire. Grâce à une composante éducative, vouée à la sensibilisation des visiteurs, notamment des jeunes, plus que jamais l'archéologie est vivante et captivante », a pour sa part déclaré le ministre Maka Kotto.

L'œuvre d'art présentée dans le cadre de l'application de la Politique d'intégration des arts à l'architecture et à l'environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics est une réalisation de l'artiste montréalais Nicolas Baier. Cette œuvre fragmentée, ayant pour titre Vanités 3. Les miroirs du temps, est composée de 75 images numérisées de miroirs anciens ou contemporains. Elle a été choisie pour ses allusions au passé et à la mémoire ainsi que pour sa forte présence dans l'espace.

 

– 30 –

Haut de page