Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Violence conjugale

Nette amélioration des services d’aide qui ont vu leur financement plus que doubler au cours des six dernières années

De gauche à droite : mesdames Maryse Rinfret-Raynor, Élisabeth Lesieux et monsieur Normand Brodeur, chercheurs du CRI-VIFF, madame Christine St-Pierre, ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, madame Dominique Vien, ministre déléguée aux Services sociaux, monsieur Sylvain Lévesque, Association À cœur d'homme, mesdames Louise Riendeau et Manon Monastesse du Regroupement et de la Fédération des ressources d'hébergement pour les femmes violentées et en difficulté du Québec - Photo : Éric Myre

Montréal, le 26 novembre 2010 – La ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, et la ministre déléguée aux Services sociaux, Mme Dominique Vien, ont accueilli avec satisfaction les résultats d’une étude réalisée par des chercheurs du Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF). Cette étude, dirigée par Mme Maryse Rinfret-Raynor, professeure à l’Université de Montréal, vient démontrer que, depuis 2003, les services d’aide aux personnes vivant des situations de violence conjugale ont été améliorés grâce à l’augmentation de l’aide financière accordée aux maisons d’hébergement et aux organismes d’aide pour conjoints violents.

 « L’étude dont les résultats sont dévoilés aujourd’hui confirme que l’engagement du gouvernement du Québec en matière de violence conjugale porte fruit en permettant aux différentes ressources de mieux venir en aide aux victimes de violence conjugale, en majorité des femmes et leurs enfants. De même, la bonification du financement des organismes œuvrant auprès des conjoints ayant des comportements violents contribue aux efforts collectifs pour favoriser un véritable changement social par une intervention plus efficace auprès de ces hommes, dans une perspective de responsabilisation », a expliqué la ministre Vien.

Des résultats concrets au bénéfice des personnes

Depuis 2003, le gouvernement du Québec a fait le choix d’intensifier ses efforts afin de mieux soutenir les maisons d’hébergement pour les victimes de violence conjugale et les organismes pour conjoints violents. Ainsi, le financement public accordé en ce domaine a plus que doublé, passant de 32,7 M$ en 2003 à 73 M$ en 2009, conformément au Plan d’action gouvernemental en matière de violence conjugale 2004-2009.

En ce sens, l’étude démontre que les maisons d’hébergement ont pu varier leurs services ainsi qu’augmenter le nombre d’heures consacrées aux services externes grâce à l’importante hausse de l’aide financière qui leur a été accordée. Cet effort supplémentaire a aussi permis d’augmenter le nombre d’établissements qui ont pu élargir leur clientèle pour désormais offrir des services aux enfants et aux adolescents. Enfin, le nombre d’intervenants a été accru et ceux-ci ont pu recevoir plus de formation et participer à des colloques d’information augmentant ainsi la qualité des services d’aide offerts.

Par ailleurs, les organismes d’aide aux conjoints violents ont également bénéficié d’une augmentation de leur soutien financier accordé par le gouvernement du Québec. Les résultats de l’étude révèlent que la majorité de ces organismes ont connu une hausse des demandes d’aide.

Ces investissements ont aussi permis à plus de participants de bénéficier d’un suivi individuel et ont accru le nombre d’établissements offrant des activités aux adolescents et adolescentes.

Des recommandations éclairantes pour le prochain plan d’action

Rappelons que cette étude visait deux objectifs. En plus de déterminer l’influence du financement supplémentaire sur les services d’aide, elle a également permis de dégager trois recommandations, à savoir : la stabilité des ressources financières; la prise en considération des réalités particulières vécues en violence conjugale et la sensibilisation des partenaires et des professionnels à travailler en concertation afin de prévenir et de contrer la violence conjugale.

« En ces Journées d’action contre la violence faite aux femmes, je suis très fière de constater que les actions de notre gouvernement en matière de violence conjugale se répercutent positivement sur le quotidien des personnes aux prises avec ce terrible fléau. Si je suis consciente qu’il reste encore beaucoup d’efforts à faire pour arriver à le contrer, les résultats nous encouragent à poursuivre dans le même sens. Je remercie les auteurs et les représentants des organismes partenaires qui ont collaboré à cette importante recherche. Les recommandations dégagées par les chercheurs en matière de services d’aide viendront alimenter les travaux devant mener à l’élaboration du prochain plan d’action en matière de violence conjugale », a conclu la ministre St-Pierre.

Pour plus d’information sur les services d’aide en matière de violence conjugale consultez le www.ViolenceConjugale.gouv.qc.ca.
 
Le rapport synthèse est disponible sur le site Web du Secrétariat à la condition féminine à l’adresse suivante : www.scf.gouv.qc.ca.

p. j. : Les faits saillants sur les services d’aide en matière de violence conjugale

– 30 –

Haut de page