Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

LA MINISTRE DIANE LEMIEUX REND HOMMAGE AU SCULPTEUR LOUIS ARCHAMBAULT

Québec, le 31 janvier 2003 – La ministre d’État à la Culture et aux Communications, Mme Diane Lemieux, a tenu à souligner la contribution à la culture québécoise du grand maître de la sculpture Louis Archambault, dont la cérémonie funèbre a eu lieu cet après-midi.

« La contribution de Louis Archambault est unique. Ce pionnier de la sculpture moderne laisse une empreinte profonde sur l’esthétique québécoise. Pour ses collègues et ses nombreux admirateurs, il a incarné l’artiste authentique, l’être singulier qui savait puiser son inspiration à la source même d’une absolue liberté », a dit la ministre Lemieux.

Né dans la Métropole en 1915, Louis Archambault s’inscrit en 1936 à l’École des beaux-arts de Montréal, après des études à l’Université de Montréal. Trois ans plus tard il obtient un diplôme en céramique, une discipline qui restera son médium de prédilection pendant de nombreuses années et qui le fera connaître en Europe, notamment. Signataire, en 1948, du manifeste Prisme d’Yeux avec, entre autres, Alfred Pellan, Léon Bellefleur, Albert Dumouchel et Goodridge Roberts, Louis Archambault poursuit une carrière qui culminera pendant les années 1950 et 1960. Il réalise alors des sculptures monumentales dont le célèbre écran en céramique créé pour l’Exposition universelle de Bruxelles en 1958. Reconnu pour ses œuvres d’intégration à l’architecture, parmi lesquelles Les trois anges radieux qui orne le Piano mobile de la salle Wilfrid-Pelletier à Place des Arts, il mène une longue carrière de pédagogue dans différents établissements d’enseignement montréalais comme l’École du Meuble, l’École des beaux-arts et l’Université du Québec. On retrouve ses œuvres dans les collections du Musée national des beaux-arts du Québec et du Musée d’art contemporain.

Mme Lemieux a tenu à exprimer sa très vive sympathie à la famille du sculpteur. « C’est avec une émotion et une peine très sincères que nous évoquerons dorénavant le créateur intègre qu’il était. Nous garderons de son passage dans l’histoire de l’art québécois de nombreux témoignages de la force et du caractère original de sa démarche artistique. Comme pédagogue et comme artiste il a transmis à toute une génération de sculpteurs sa passion et sa rigueur », a conclu la Ministre.

Source :

Marjolaine Perreault
Attachée de presse
Cabinet de la ministre d’État à la Culture et aux Communications
Tél. : 418 380-2310

Haut de page