Partager Partager Imprimer la page.  

Fort Ingall de Cabano

Vue aérienne du site du Fort IngallLe Fort Ingall fut construit en 1839 pour protéger la région du Témiscouata contre une éventuelle invasion américaine. Il possédait un bâtiment entouré d'une haute palissade de bois, mais en 1851, le feu eut raison de la caserne des officiers. À la suite de l'affaire Trent en 1862, le Fort, déjà vieux et devenu inutile, tomba peu à peu pour disparaître totalement à la fin du 19e siècle.

En 1967, le Fort Ingall renaît de ses cendres grâce à des fouilles archéologiques effectuées sur le site. Entre 1972 et 1987, plusieurs travaux de reconstitution et de réfection, auxquels participe le ministère de la Culture et des Communications, sont effectués pour redonner vie au Fort.

Reconstitution du Fort IngallUn des deux dortoirs des soldats

Le corps de gardeAujourd'hui, la Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata fait revivre chaque été, par des expositions et de l'animation théâtrale, la vie qui régnait dans cette forteresse au milieu du 19e siècle.

Fiche technique

Maître d'ouvrage : Société historique de Cabano inc.
Architectes : Casgrain, Lagacé et Massicotte Architectes inc.
Programme : Reconstitution historique du site
Années des travaux : 1972 à 1978
Budget : 1 M $

Fort Ingall de Cabano
Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata inc.
81, rue Caldwell
Case postale 464
Cabano (Québec) G0L 1E0
Téléphone : 418 854-2375
Télécopieur : 418 854-6477
Courriel : info@fortingall.ca

Description et mention de source

  1. Vue aérienne du site du Fort Ingall, 1992 — Photographie : Pierre Lahoud. Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.
  2. Reconstitution du Fort Ingall, 1973 — Photographie: Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. Collection Archives nationales du Québec.
  3. Un des deux dortoirs des soldats — Photographie: Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.
  4. Le corps de garde — Photographie: Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

Haut de page