Partager Partager Imprimer la page.  

Arts médiatiques

Le symposium ISEA95, qui s'est tenu à Montréal en septembre 1995, a permis de révéler le dynamisme du Québec, et particulièrement de Montréal, en arts médiatiques. Cet événement constitue les débuts d'une reconnaissance de plus en plus grande de Montréal en ce domaine. La région regroupe une masse critique d'artistes et d'organismes culturels oeuvrant dans le domaine des arts médiatiques, un domaine en constante évolution, qui se définit comme étant les arts liés aux nouvelles technologies, à la vidéo et au cinéma. Par ailleurs, de plus en plus d'artistes de diverses disciplines intègrent les nouvelles technologies de l'information et des communications (NTIC) dans leur processus de création et contribuent même au développement de nouveautés dans les domaines technologiques (nouvelles interfaces, senseurs, logiciels, etc.).

La Société des arts technologiques (SAT) et Oboro offrent des lieux d'expérimentation à l'intention des artistes dédiés aux NTIC. De nombreux organismes offrent aussi aux artistes en arts médiatiques un accès à des ressources spécialisées en cinéma, vidéo et/ou en NTIC : ce sont PRIM Centre d'arts médiatiques, Vidéographe, Main Film, Groupe Intervention Vidéo, Les Films de l'autre, Spirafilm, Vidéo Femmes, La Bande Vidéo. Encore actifs aujourd'hui, ces organismes sont à l'origine de la création du Conseil québécois des arts médiatiques (CQAM), un regroupement voué à la représentation et à la défense des créateurs indépendants, des associations, des centres d'accès et des collectifs en arts médiatiques.

Né en 2001 de la volonté du gouvernement du Québec de consolider la position stratégique de Montréal sur la scène internationale dans le secteur des arts médiatiques, l'Institut de recherche et création en arts et technologies médiatiques Hexagram a pour mandat de dynamiser le secteur des arts médiatiques et de combler la demande sans cesse grandissante de formation et de partage d'expertise. Hexagram mise sur une collaboration accrue entre l'industrie et les 65 chercheurs de l'Université Concordia et de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et s'est engagé à faire de Montréal une des capitales de la recherche et de la création en arts médiatiques.

Dans le domaine du cinéma, mentionnons l'initiative du Festival du nouveau cinéma de Montréal, dont la première édition a eu lieu en octobre 1998. Cet événement constitue une belle vitrine pour le cinéma québécois, canadien et francophone. Il regroupe différentes formes d'expression dont le cinéma, la performance, les œuvres multimédias ainsi que d'autres formes hybrides issues de pratiques artistiques engendrées par les nouvelles technologies numériques et se consacre à promouvoir et à célébrer l'art du cinéma tout en tenant compte de l'impact de l'évolution des technologies sur ce média.

Haut de page