Partager Partager Imprimer la page.  
Montérégie

Accueil > Votre région > Montérégie > Secteurs d'intervention régionaux > Patrimoine > Patrimoine archéologique

Site archéologique
Droulers-Tsiionhiakwatha.
© MCC, Jean-François Rodrigue, 2005.

Patrimoine archéologique

Les premières fouilles archéologiques réalisées dans la région de la Montérégie remontent à 1965. Menées d'abord par des amateurs, les interventions se structurent à partir de 1977, alors que l'Université de Montréal entreprend un programme de recherche sur le site archéologique de la Pointe-du-Buisson à Beauharnois.

Quoiqu'un faible pourcentage du territoire ait fait l'objet d'inventaires et de fouilles systématiques, plus de 300 sites archéologiques sont actuellement connus en Montérégie. De nombreuses recherches ont permis de mettre au jour des artéfacts témoignant de la préhistoire, du Régime français, ainsi que du Régime britannique.

Sites archéologiques amérindiens

L'archéologie amérindienne fait référence à une période débutant il y a plus de 15 000 ans, lors du peuplement initial du continent américain, qui se poursuit au-delà de la période de contact avec les explorateurs européens au 16e siècle.

En Montérégie, le site archéologique de la Pointe-du-Buisson à Beauharnois correspond à un établissement saisonnier de pêche habité régulièrement par les Amérindiens pendant cinq millénaires.

Le site archéologique Droulers-Tsiionhiakwatha cité par la municipalité de Saint-Anicet renferme les vestiges d'un village occupé par des Iroquoiens du Saint-Laurent pendant le 15e siècle.

Site patrimonial de La Prairie.
© MCC, Pierre Lahoud, 2004.

Sites archéologiques euro-québécois

La période euro-québécoise a pour fondement l'avènement des premiers écrits livrés par les navigateurs européens décrivant dans leurs récits les populations et les paysages qu'ils rencontraient. Au Québec, cette période débute au cours de la première moitié du 16e siècle.

Les sites suivants sont protégés et témoignent de cette période en Montérégie :

Le site patrimonial du Vieux-Longueuil, cité par la municipalité, présente également un intérêt archéologique.

Haut de page